Accueil / Finances / La Banque du Japon change le cadre de sa politique monétaire

La Banque du Japon change le cadre de sa politique monétaire

La Banque du Japon change le cadre de sa politique monétaire

La Banque du Japon (BoJ) a annoncé mercredi l’adoption d’un objectif pour les taux d’intérêt à long terme, bouleversant ainsi, comme l’avaient prévu de nombreux économistes, le cadre de son programme de rachat d’actifs tout en réaffirmant son ambition d’atteindre le plus vite possible une inflation de 2%.
Au terme d’une réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la banque centrale a également dit qu’elle laisserait l’inflation filer au-delà de cet objectif à la faveur du maintien d’une politique ultra-accommodante, disant encore plus explicitement qu’auparavant qu’elle était encore très loin de toute mesure de durcissement.

La Banque du Japon a maintenu à -0,1% les taux des dépôts au jour le jour, qui s’appliquent à certaines réserves excédentaires détenues par des institutions financières auprès de l’institution.

Mais elle a abandonné son objectif de base monétaire et instauré à la place un “contrôle de la courbe des taux”, en vertu duquel la BoJ achètera des obligations d’Etat à long terme, pour maintenir les rendements à 10 ans à leur niveau actuel, proche de zéro.

A la suite de ces annonces, la Bourse de Tokyo a gagné 1,91%, surtout portée par la progression de plus de 5% du compartiment financier. De son côté, le yen reculait de près de 1% par rapport au dollar et par rapport au yen.

“Une courbe des rendements plus marquée va profiter au secteur financier et c’est pour cela que les valeurs de ce dernier sont en hausse et c’est aussi pour cela que le dollar monte face au yen”, a estimé Sim Moh Siong, chargé de la stratégie change chez Bank of Singapore.

“Les mesures annoncés par la Banque du Japon n’ajoutent guère de stimuli dans le système”.

La Banque du Japon a également dit qu’elle continuerait à racheter des emprunts d’Etat à échéance longue à un rythme de 80.000 milliards de yens par an (701 milliards d’euros).

Ce programme d’assouplissement quantitatif et qualitatif (QQE), mis en place depuis trois ans n’a pas suffi à ce stade à faire remonter l’inflation vers son objectif, fixé à 2%.

La BoJ avait annoncé fin juillet qu’elle allait procéder à une évaluation approfondie de sa politique de taux négatifs et de son programme d’achats d’actifs, laissant entendre qu’elle envisageait de revoir ses priorités.

La politique dite d’”assouplissement quantitatif et qualitatif” ou QQE pilotée depuis 2013 par le gouverneur de l’institution, Haruhiko Kuroda, était censée sortir le Japon de la stagnation et en finir avec les anticipations déflationnistes qui pèsent sur la consommation et l’investissement. Mais elle n’a pour l’instant pas donné satisfaction.

Dans le nouveau cadre, qui rajoute le contrôle de la courbe des taux à l’actuel programme de QQE, la BoJ, si elle devait à nouveau assouplir sa politique monétaire, enfoncerait les taux en territoire négatif, abaisserait l’objectif de taux à long terme ou augmenterait sa base monétaire, a noté la banque centrale dans un communiqué.

 

 

 

(Leika Kihara, Stanley White, Tetsushi Kajimoto et Minami Funakoshi; Julie Carriat et Benoît Van)

/ zonebourse.com

Aller en haut