Accueil / Finances / La banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group veut s’implanter au Maroc et au Kenya

La banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group veut s’implanter au Maroc et au Kenya

La banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group veut s’implanter au Maroc et au Kenya

Le groupe bancaire japonais Mitsubishi UFJ Financial Group envisage d’ouvrir des succursales au Maroc et au Kenya en vue de mieux accompagner les investissements des entreprises japonaises en Afrique, a rapporté l’agence Bloomberg le 20 octobre, citant des sources proches du dossier.

La première banque japonaise a commencé à étudier un projet d’implantation dans ces deux pays mais rien n’a été encore décidé, ont précisé ces mêmes sources qui ont préféré garder l’anonymat. Mitsubishi UFJ Financial Group envisage aussi d’augmenter le nombre de ses employés exerçant dans ses bureaux de représentation déjà installés en Afrique du Sud et en Egypte, selon Bloomberg.

A travers le renforcement de son réseau de succursales, le groupe japonais vise à améliorer la collecte des informations sur les nouveaux projets d’investissement au Kenya et à positionner les entreprises japonaises sur ces projets.

Mitsubishi UFJ Financial Group pilote actuellement la majeure partie de ses opérations en Afrique depuis Londres.

Lors de la 6e Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Ticad VI) tenue fin août dernier à Nairobi, le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait annoncé que Japon investira 30 milliards de dollars en Afrique au cours des trois prochaines années.

Cette promesse d’investissements, publics et privés, concernera essentiellement les infrastructures (pour un tiers), l’industrialisation, la santé et la sécurité.

En marge de la Ticad VI, Mitsubishi UFJ Financial Group ainsi deux autres banques japonaises, Sumitomo Mitsui Banking Corp, Mizuho Bank, avaient déjà noué des accords de partenariat et des joint-ventures avec des banques et des institutions publiques africaines, afin d’accompagner les investissements des entreprises japonaises sur ce continent avec lequel Tokyo cherche à raffermir ses liens économiques dans un contexte de rivalité accrue avec la Chine.

agenceecofin.com

Aller en haut