Accueil / International / La banque Monte Paschi en bonne voie de céder ses 26 milliards de créances douteuses

La banque Monte Paschi en bonne voie de céder ses 26 milliards de créances douteuses

La banque Monte Paschi en bonne voie de céder ses 26 milliards de créances douteuses
Le siège italien de La Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS), à Sienne en Toscane le 2 juillet 2016 AFP/Archives/GIUSEPPE CACACE

La plus fragile des banques italiennes et européennes est en négociations exclusives en vue de la vente de son portefeuille de 26 milliards d’euros de “prêts non-performants”. Une étape indispensable avant une recapitalisation de 8,8 milliards, dont 6,6 milliards seront apportés par l’Etat italien.

C’est le point noir des banques italiennes, et en particulier de Monte Paschi, la quatrième du pays : les milliards de créances douteuses qui plombent leur bilan. Après l’échec de son augmentation de capital en fin d’année dernière, la banque de Sienne, la plus vieille du monde encore en activité, a besoin de 8,8 milliards d’euros de fonds propres. La vente de ses 26 milliards d’euros de “prêts non-performants”, selon la formule euphémisante du secteur (les “sofferenze” en italien), est un préalable indispensable. Lundi soir, le conseil d’administration de Banco Monte dei Paschi (BMPS) a annoncé être entré en négociations exclusives avec Quaestio Capital, le gérant du fonds de soutien aux banques italiennes Atlante, en vue de la cession de ce portefeuille de prêts difficilement recouvrables, et ce pour une période courant jusqu’au 28 juin.

Cette décisions s’inscrit dans le cadre de la loi du 17 février 2017 votée par le Parlement italien sur le plan de recapitalisation de précaution, qui prévoit la vente de ces créances comme une étape nécessaire, précise le communiqué.

Des hedge funds américains sur les rangs ?

L’identité des acquéreurs potentiels n’est pas dévoilée mais il s’agirait du hedge fund américain Fortress (sur le point d’être racheté par le japonais SoftBank) et du fonds italien Credito Fondiario, détenu à 44% par un autre fonds spéculatif américain, Elliott, selon l’agence Reuters. Le géant Unicredit a vendu plus de 17 milliards de créances douteuses à Fortress et au fonds américain Pimco, spécialiste de l’obligataire, en décembre dernier.

Une partie des créances douteuses de BMPS, les prêts subordonnés (junior et mezzanine), pourrait être titrisée et reprise par le fonds Atlante pour 1,3 milliard d’euros.

Arrivée bonne dernière en juillet dernier lors des tests de résistance de la Banque centrale européenne, Monte Paschi espère obtenir le feu vert des autorités européennes à son plan de recapitalisation d’ici à la fin juin. Ce plan prévoit la conversion de certaines obligations en actions et une augmentation de capital de 6,6 milliards d’euros, souscrite dès juillet par l’Etat italien, qui deviendra ainsi le premier actionnaire de BMPS, avec une participation de l’ordre de 70%. Les discussions les plus rudes porteraient sur le nombre de suppressions d’emplois prévu dans la restructuration drastique de la banque, évalué en milliers.

La veille, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, avait émis de vertes critiques sur la lenteur de la résolution de la crise des banques italiennes notamment :

“Les problèmes bancaires qui demeurent en Italie, au Portugal, voire ailleurs, sont traitables, mais ils doivent être traités vite, bien définitivement.

Il n’est pas normal que des difficultés localisées pèsent à ce point sur l’image d’ensemble du secteur bancaire européen pourtant beaucoup plus solide qu’avant” a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse lundi matin.

Delphine Cuny
latribune

Aller en haut