samedi 25 mai 2019
Accueil / International / La BCE annonce des mesures de soutien à l’économie de la zone euro

La BCE annonce des mesures de soutien à l’économie de la zone euro

La BCE annonce des mesures de soutien à l’économie de la zone euro

Face au risque d’un ralentissement de l’économie en zone euro, Mario Draghi le patron de la Banque centrale européenne a décidé de repousser la hausse des taux d’intérêt à 2020 et d’accorder des prêts massifs aux banques. Une annonce bien accueillie par les marchés boursiers.

Contrairement aux prêts accordés en 2008 qui avaient servi à enrayer la crise financière, ces nouveaux prêts annoncés par Mario Draghi vont servir à soutenir, voire stimuler l’activité économique dans la zone euro.

A partir du mois de septembre et jusqu’en mars 2021, la BCE va, donc, lancer un programme de prêts massifs aux banques avec pour objectif d’injecter des liquidités dans les circuits économiques.

Ces prêts, à très faible taux, de zéro à 0,40%, vont permettre d’irriguer l’économie réelle et d’accorder des prêts aux particuliers, pour relancer la consommation, mais également aux entreprises pour leur permettre de poursuivre les investissements.

Dans la foulée, Mario Draghi a également décidé de repousser la hausse des taux directeurs à 2020.

Plus préventives que curatives, ces mesures anticipent le ralentissement économique annoncé en Europe en raison de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, mais aussi de la baisse des échanges internationaux et aux incertitudes liées au Brexit.

« La BCE s’inquiète du fait qu’une série de facteurs va baisser la liquidité des banques dans les prochains mois et années qui viennent, explique Eric Dor, directeur des études économiques de l’IESEG School of Management. Déjà les banques vont devoir rembourser les vieux prêts massifs que la BCE leur avait accordés il y a quelques années dans le cadre de la crise ; rembourser aussi certaines obligations bancaires qu’elles ont émises ; et la régulation prudentielle exige d’elles qu’elles émettent de nouvelles obligations. Tout ça pèse sur leurs liquidités et donc la BCE pense que c’est le moment de leur donner un coup de pouce pour qu’elles puissent continuer à prêter de manière satisfaisante aux entreprises et aux ménages pour que ceux-ci puissent consommer, investir et permettre une croissance dans la zone euro. »

Dans le sillage de l’OCDE, la Banque centrale européenne, revise également fortement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019 en zone euro à 1,1% contre 1,7% prévus en décembre dernier, tout comme elle a abaissé ses prévisions d’inflation de 1,6% à 1,2% pour cette année.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut