vendredi 22 mars 2019

Accueil / Finances / La BCEAO dézingue Kako Nubukpo qui veut porter plainte (le verbatim)

La BCEAO dézingue Kako Nubukpo qui veut porter plainte (le verbatim)

La BCEAO dézingue Kako Nubukpo qui veut porter plainte (le verbatim)

A Lomé, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) a répondu le 19 février 2019 aux “détracteurs” du franc CFA depuis les locaux de sa direction nationale. A commencer par le Togolais Kako Nubukpo, ancien ministre de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques, qui se « donne le droit d’attaquer le directeur national de la BCEAO pour diffamation ».

Tout est parti d’une question de Financial Afrik aux responsables de la BCEAO qui étaient face à la presse à Lomé. Elle est ainsi libellée : « dans une tribune publiée en juillet 2017 et intitulée Mon combat sur le franc CFA, Kako Nubukpo disait ceci : ‘ comment leur [nos enfants] expliquer demain que nous avons laissé faire ? Que nous avons nourri les caisses du Trésor Public français ? Tandis que les réserves qu’il nous impose avec notre pleine allégeance pourraient être réinjectées dans nos économies pour construire des écoles, des dispensaires, pour électrifier les zones rurales, construire des infrastructures modernes, dignes du 21e siècle, permettre aux jeunes d’accéder au crédit bancaire et financer des activités génératrices de revenus’. Mais la BCEAO soutient que les réserves de change lui appartiennent. Pourquoi ne pas organiser un débat avec ce pourfendeur reconnu comme tel de la monnaie que vous émettez pour situer l’opinion ? ».

‘‘ Populisme ’’

« C’est ça le danger des discours des populistes. Quand il dit qu’on nourrit les caisses l’Etat français. Voyez la taille de la France et de nos pays ; est-ce que vous croyez vraiment que c’est avec ces 5 mois de réserves de change dont on a parlé, que la France a besoin de nous pour se nourrir ? », a répondu Danielle Benoist, la conseillère en communication du gouverneur Koné.


>>Lire l’article complet sur financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut