Accueil / Finances / La BDEAC a réalisé un résultat net de près de 2 milliards de francs Cfa en 2015, en hausse…

La BDEAC a réalisé un résultat net de près de 2 milliards de francs Cfa en 2015, en hausse…

La BDEAC a réalisé un résultat net de près de 2 milliards de francs Cfa en 2015, en hausse…

La BDEAC a réalisé un résultat net de près de 2 milliards de francs Cfa en 2015, en hausse de 63%

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) a clôturé l’exercice 2015 par un résultat net bénéficiaire, qui s’est situé à un peu plus de 1,9 milliard de francs Cfa, a-t-on appris officiellement. Le bénéfice ainsi réalisé est en augmentation de 63% par rapport à l’année 2014, soulignent nos sources.

Les décaissements en faveur des projets à financer dans la zone Cemac ont également connu une augmentation de 26,7% par rapport à l’année 2014, se situant à la somme de 55,2 milliards de francs Cfa au 31 décembre 2015.

Ces décaissements permettant de financer les projets de développement devraient de nouveau progresser en cette année 2016, grâce à la perfusion financière que vient d’administrer à la BDEAC l’institut d’émission des six pays de la Cemac qu’est la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac).

En effet, le gouverneur de la BEAC, Lucas Abaga Nchama, et le président de la BDEAC, Abbas Mahamat Toli (photo), ont signé le 19 janvier 2015 à Yaoundé, la capitale camerounaise, un ensemble «d’actes relatifs à l’appui de la BEAC à la BDEAC, pour le financement de projets de développement» dans l’espace Cemac, pour un montant total de 400 milliards de francs Cfa.

«C’est bien la première fois que l’institut d’émission communautaire (qui a augmenté sa participation dans le capital de la BDEAC de 6 à 33%, Ndlr) s’engage aussi sérieusement pour le refinancement des projets de développement dans les Etats membres», a souligné le président de la BDEAC, qui a par ailleurs précisé que la mise en place de ces instruments financiers «permettront à la BDEAC, d’une part, de rattraper l’important gap constaté entre les ressources et les engagements de la BDEAC et aussi, d’autre part, de disposer de ressources additionnelles substantielles pour le financement de nouveaux projets et programmes».

BRM
agenceecofin.com

Aller en haut