Accueil / Mines & Energies / La BEI investira 100 millions d’euros pour la réhabilitation des infrastructures hydroélectriques en Guinée

La BEI investira 100 millions d’euros pour la réhabilitation des infrastructures hydroélectriques en Guinée

La BEI investira 100 millions d’euros pour la réhabilitation des infrastructures hydroélectriques en Guinée
La Banque européenne d’investissement (BEI) apportera 100 millions d’euros en soutien à la stratégie énergétique tracée par le gouvernement de Guinée Conakry. Les fonds mobilisés, soit un total de 160 millions de dollars de financements, sont destinés en grande partie au méga-projet de réhabilitation des centrales hydroélectriques du pays.

La BEI vient au secours du secteur de l’énergie en Guinée, en proie à une importante pénurie. L’institution européenne a promis 100 millions d’euros au pays, après avoir rencontré les principaux acteurs locaux impliqués dans les secteurs de l’énergie et de l’eau. L’information relayée via une note d’information du ministère guinéen de l’Energie et de l’hydraulique et datée du 16 avril précise que le financement de la BEI s’inscrit dans le cadre de l’appel d’offres pour les travaux de réhabilitation des centrales hydroélectriques, ainsi que la construction d’un nouveau poste de 110/20 kV à Sonfonia Casse.

Cet important projet d’amélioration de la desserte en électricité en Guinée sera financé à hauteur de 160 millions d’euros, dont 60% seront assurés par la BEI. Les 40% restants seront supportés par le Budget national du développement (BND) du gouvernement guinéen et par la compagnie Electricité de Guinée (EDG), indiqué le ministère de l’Energie.

Un potentiel hydroélectrique de 6 000 MW

De par ses immenses ressources hydroélectriques, la Guinée est surnommée «le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest». Le pays se distingue en effet par un réseau fluvial d’environ 6 250 km qu’il compte exploiter pour couvrir la demande locale en énergie, voire fournir de l’électricité aux pays limitrophes.

En 2017, les résultats d’une étude de développement d’un atlas du potentiel hydroélectrique en République de Guinée révèlent l’existence de près de 200 sites potentiels connus et plus de 100 nouveaux sites potentiels de plus de 1 MW. La Guinée ambitionne de dynamiser la mobilisation de ses ressources hydrauliques afin de favoriser la croissance économique et de réduire le taux de pauvreté, tout en diminuant la part des énergies fossiles au profit de la production hydroélectrique.

afrique.latribune

Aller en haut