Accueil / Bourse / La Bourse de Francfort (-1,48%) laisse libre court à ses inquiétudes

La Bourse de Francfort (-1,48%) laisse libre court à ses inquiétudes

La Bourse de Francfort (-1,48%) laisse libre court à ses inquiétudes

La Bourse de Francfort a ouvert en nette baisse mardi, alors que les incertitudes sur le sort de la Grèce se poursuivent, et devraient dominer une séance par ailleurs peu chargée en dehors de quelques résultats d’entreprises.

A 07H46 GMT, Le Dax lâchait 1,48% à 11.500,19 points. L’indice des trente valeurs vedettes accentue ainsi la prudence dessinée la veille, où il avait perdu 0,31%. De son côté, le MDax des valeurs moyennes perdait 1,26% à 20.335,67 points.

La place francfortoise n’a que peu de grain à moudre mardi, avec seulement la production industrielle du Royaume-Uni et quelques résultats d’entreprises allemandes à l’agenda.

Dès lors, les inconnues du dossier grec continuent de préoccuper les investisseurs. La Grèce, aux limites de ses capacités financières, a honoré lundi un remboursement de 750 millions d’euros dus mardi au FMI. Mais il est temps que les négociations avec les créanciers avancent, car c’est environ 11,5 milliards d’euros qu’il lui faudra encore verser rien qu’en juin, juillet et août.

“Les négociations du gouvernement grec avec les créanciers européens lors de la rencontre d’hier avec l’Eurogroupe n’ont à nouveau débouché sur aucun résultat. L’incertitude concernant une faillite de l’Etat et une sortie de la Grèce de la zone euro reste élevée”, ont observé les analystes de la banque Helaba.

Côté valeurs, toutes les pensionnaires du Dax voyaient rouge, à l’exception notable de l’industriel ThyssenKrupp (+4,85% à 26,07 euros), qui capitalisait sur le relèvement de son objectif de bénéfice d’exploitation (Ebit).

Celui-ci doit désormais être compris entre 1,6 et 1,7 milliard d’euros pour son exercice décalé 2014/2015, contre “au moins 1,5 milliard” prévu jusqu’ici, grâce à un deuxième trimestre meilleur qu’attendu, même si les résultats du groupe sont lestés par par la vente du fabricant d’alliages VDM.

Le conglomérat industriel était suivi par le réassureur Munich Re (-0,40% à 172,95 euros) et l’opérateur boursier Deutsche Börse (-0,51% à 75,86 euros), qui limitaient les dégâts.

Volkswagen perdait 1,71% à 221,50 euros, malgré des informations du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, selon lequel le constructeur va s’attaquer à la restructuration de sa filiale MAN, en lui prenant ses bus et ses camions pour les regrouper sous le toit de holding Truck & Bus. Volkswagen, qui voulait réaliser l’alliance des camions MAN et Scania, s’était récemment heurté à des divisions internes.

Le fabricant de produit d’entretiens Henkel cédait 1,71% à 103,45 euros, après avoir annoncé qu’il va racheter diverses marques de lessives et de détachants au groupe Colgate-Palmolive en Australie et en Nouvelle Zélande, pour un montant d’environ 220 millions d’euros, financés en cash.

BMW lâchait 2,33% à 106,75 euros, pour se positionner dans les dernières places de l’indice, malgré des ventes de voiture neuves en hausse de 8,4% sur un an en avril.

Le producteur de sel et d’engrais K+S chutait de 3,39% à 30,89 euros, après des résultats trimestriels mal accueillis.

Ceux de de Deutsche Post (-3,41% à 28,75 euros) l’étaient également et valaient au géant mondial de la logistique la place de lanterne rouge du Dax. Le groupe a vu ses bénéfices reculer au premier trimestre, à cause de frais de restructurations et d’une mauvaise performance de sa division de fret.

lepoint.fr

Aller en haut