Accueil / Bourse / La Bourse de Paris en légère baisse, pénalisée par des résultats d’entreprises

La Bourse de Paris en légère baisse, pénalisée par des résultats d’entreprises

La Bourse de Paris en légère baisse, pénalisée par des résultats d’entreprises

La Bourse de Paris a perdu un peu de terrain jeudi (-0,10%) à cause de résultats d’entreprises décevants, la prudence étant également alimentée par le discours de la banque centrale américaine.
L’indice CAC 40 a perdu 4,76 points, à 4.

885,82 points, dans un volume d’échanges de 4,5 milliards d’euros. La veille, il avait pris 0,90%.
Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 0,29% et Londres 0,65%. Par ailleurs, l’Eurostoxx 50 a perdu 0,23%.
Le marché parisien a ouvert à l’équilibre mais a rapidement creusé ses pertes, avant de se reprendre en toute fin de séance.
“Le marché est pénalisé par une multitude de déceptions sur des publications, qui se traduisent par des prises de bénéfices et des craintes sur le quatrième trimestre”, explique Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale d’Oddo Securities.
La chute est particulièrement marquée pour Gemalto, TF1, Saint-Gobain ou encore Air France.
Ces mauvaises nouvelles concernant les entreprises ont nourri la prudence du marché après la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui s’est achevée mercredi soir.
“L’approche de la hausse des taux n’est pas très propice à la prise de risque pour les marchés”, note M. Jacoby.
Contrairement à son communiqué de septembre, la Fed a enlevé sa référence à l’environnement mondial qui pouvait freiner l’activité économique aux Etats-Unis et laissé la porte ouverte à un relèvement des taux en décembre.
Le courtier Aurel BGC juge que “le message est assez fort” et “la perspective d’une hausse des taux est donc assez sérieuse”.
Plus prudents, les gérants chez Barclays Bourse estiment que la présidente de la Fed Janet Yellen a confirmé “à demi-mot, qu’il était encore urgent d’attendre en matière de hausse des taux”.
Le marché, qui est encore dans l’incertitude concernant le calendrier de remontée des taux, devrait scruter les prochains indicateurs américains, puisque tout signe d’amélioration de l’économie alimenterait l’idée d’un geste en décembre.
Les investisseurs ont dans le même temps peu réagi au principal indicateur du jour, à savoir la croissance américaine qui a modestement progressé de 1,5% au troisième trimestre, ralentie par les stocks.
Le marché a donc été principalement animé par les publications d’entreprises.
Sanofi a perdu 2,48% à 90,99 euros, pénalisé par le repli de son activité diabète et après une publication jugée décevante.
Gemalto a plongé (-6,95% à 57,00 euros) après la publication d’un chiffre d’affaires au troisième trimestre en hausse mais moins bon que prévu par les analystes.
TF1 a perdu 7,11% à 12,09 euros après une forte chute de son bénéfice net au troisième trimestre.
Saint-Gobain (-4,89% à 37,50 euros) a été plombé par un abaissement de ses objectifs annuels après un troisième trimestre décevant.
STMicroelectronics (-3,69% à 6,24 euros) a été sanctionné après une publication sans éclat au troisième trimestre et des perspectives préoccupantes pour la fin de l’année.
Air France-KLM a lâché 4,97% à 6,41 euros, le marché s’inquiétant pour les perspectives du groupe en dépit de résultats en hausse au troisième trimestre.
Alcatel-Lucent (+10,28% à 3,64 euros) a été dopé par les résultats trimestriels de Nokia avec qui il va fusionner, et qui a relevé ses prévisions de rentabilité pour 2015.
Schneider Electric (+1,13% à 54,57 euros) n’a pas pâti d’une révision à la baisse de ses objectifs pour 2015 après un troisième trimestre difficile.
Solvay (+0,53% à 103,45 euros) a profité d’une publication bien accueillie par le marché.
Mersen a dégringolé (-9,26% à 17,06 euros) après avoir abaissé ses objectifs annuels.
Airbus Group a pris 1,79% à 60,69 euros. La Chine a passé une commande massive de 100 appareils monocouloirs A320.
Enfin, Danone a été recherché (+1,52% à 64,20 euros), les investisseurs tablant sur une activité plus porteuse en Chine dans la branche nutrition infantile, alors que le pays a annoncé officiellement la fin de la politique dite de l’enfant unique et va autoriser tous les couples chinois à avoir deux enfants.

leparisien.fr

Aller en haut