Accueil / Non classé / La Bourse de Paris en repli à l’orée d’une séance qui s’annonce volatile

La Bourse de Paris en repli à l’orée d’une séance qui s’annonce volatile

La Bourse de Paris en repli à l’orée d’une séance qui s’annonce volatile

La Bourse de Paris évoluait en repli (-0,42%) vendredi matin, rattrapée par la morosité de Wall Street sur fond de nouveaux doutes entourant l’adoption de la réforme fiscale américaine et alors que les prévisions de la BCE n’ont pas suffi à réveiller l’enthousiasme du marché.

A 09H18 (08H18 GMT), l’indice CAC 40 lâchait 22,31 points à 5.334,83 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,78%.

“Cette séance est potentiellement à risque en Europe, en raison de la baisse de Wall Street sur de nouvelles craintes liées à l’adoption de la réforme fiscale, du coup de mou des marchés européens avant la clôture et du recul assez soutenu en Asie ce matin”, ont souligné dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Le sénateur républicain Marco Rubio a en effet affirmé jeudi qu’il refuserait de voter la grande réforme fiscale promise par Donald Trump si elle n’incluait pas une certaine disposition sur les crédits d’impôts.

La veille, les élus républicains avaient annoncé l’adoption d’un texte commun aux deux chambres qui composent le Congrès, ouvrant la voie à une adoption définitive de la loi avant Noël.

Même la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi n’a pas suffi à ranimer les Bourses européennes alors même que l’institution de Francfort a revu à la hausse ses prévisions de croissance et d’inflation de 2017 à 2019. Mais le chiffre d’une croissance et d’un taux d’inflation anticipé par la BCE à 1,7% pour 2020 a semblé décevoir le marché.

Par ailleurs, “il s’agit (ce vendredi) d’une séance des 4 sorcières en Europe”, c’est-à-dire une journée où plusieurs types de contrats et options arrivent à échéance simultanément, ce qui est généralement symbole de volatilité accrue, ont poursuivi les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Du côté des indicateurs, les investisseurs prendront connaissance ce vendredi des chiffres du commerce extérieur pour le mois d’octobre en zone euro.

Outre-Atlantique sont aussi attendues des statistiques sur la production industrielle en novembre et l’activité industrielle dans la région de New York en décembre.

- EDF bien orienté -

Sur le front des valeurs, LafargeHolcim grappillait 0,24% à 45,25 euros alors que le géant suisse des matériaux de construction a annoncé vendredi une réorganisation de la structure de sa direction, avec notamment la nomination de deux nouveaux directeurs régionaux.

Airbus était à l’équilibre (-0,02% à 85,32 euros) après l’annonce du départ prochain de son numéro deux, Fabrice Brégier, qui sera remplacé par le patron d’Airbus Helicopters, Guillaume Faury, tandis que le président exécutif Tom Enders ne renouvellera pas son mandat en 2019.

PSA reculait de 1,22% à 17,07 euros. Le groupe automobile veut doubler d’ici 2021 la part de marché de Peugeot au Mexique, son quatrième marché en Amérique latine, qu’il considère comme “stratégique”, a indiqué jeudi un de ses représentants.

EDF gagnait en revanche 0,72% à 10,55 euros après avoir annoncé conjointement avec le japonais Jera, dont il est déjà partenaire dans le négoce de charbon et de fret, un accord de principe pour étendre leur collaboration aux opérations de négoce de gaz naturel liquéfié (GNL).

Le géant énergétique a également fait savoir vendredi que sa production nucléaire en 2017 serait “légèrement inférieure” à son objectif en raison de problèmes ayant affecté des centrales dernièrement, mais il a confirmé ses prévisions financières pour l’exercice.

Société Générale se repliait de 0,55% à 43,79 euros alors que sa filiale de crédit à la consommation va racheter des activités de location d’équipements à Cegedim (+3,12% à 33,72 euros), spécialiste des technologies et services dans la santé.

Axa lâchait 0,34% à 25,17 euros. Le conseil d’administration de l’assureur a proposé jeudi de renouveler le mandat de son directeur général Thomas Buberl, renouvellement sur lequel aura à se prononcer l’assemblée générale des actionnaires du groupe en avril.

CAC 40 (Euronext)
romandie

Aller en haut