Accueil / Bourse / La Bourse de Paris perd 3,19 points, sa 4e séance de baisse consécutive

La Bourse de Paris perd 3,19 points, sa 4e séance de baisse consécutive

La Bourse de Paris perd 3,19 points, sa 4e séance de baisse consécutive

L’indice CAC 40 a perdu 152,56 points à 4 630,99 points. Plusieurs poids lourds ont plombé le marché, dont Sanofi (- 3,98 %), Total (- 3,45 %) et Airbus (- 4,51 %)

La Bourse de Paris a une nouvelle fois perdu beaucoup de terrain vendredi (- 3,19 %), concédant sa quatrième séance de baisse consécutive, le ralentissement économique chinois suscitant des doutes sur la croissance mondiale. L’indice CAC 40 a perdu 152,56 points à 4 630,99 points, dans un volume d’échanges étoffé de 5,5 milliards d’euros. La veille, il avait lâché 2,06 %.

« Le marché connaît un pic de volatilité et l’inquiétude ne retombe pas pour l’instant », note Alexandre Baradez, analyste chez IG France. Le marché parisien a fait face depuis l’ouverture à une forte volatilité, commençant en nette baisse avant de revenir près de l’équilibre en fin de matinée, puis de perdre à nouveau beaucoup de terrain, pénalisé par Wall Street. « Les indices européens suivent les marchés américains, qui reculent fortement alors qu’ils résistaient plutôt bien jusqu’à présent », souligne Alexandre Baradez. L’expiration de produits dérivés comme des contrats à terme et des options, habituelle le troisième vendredi du mois, a également pu rendre la séance très erratique et amplifier les variations.

La Chine au coeur des inquiétudes

Selon Alexandre Baradez, « les investisseurs sont soumis à un cumul de facteurs », entre les craintes sur la croissance mondiale, les incertitudes sur la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) et les possibles élections en Grèce. Dans l’immédiat, « les investisseurs sont surtout préoccupés par la nouvelle chute des marchés asiatiques », rappelle Aurel BGC. La Bourse de Shanghai a de nouveau plongé vendredi, terminant sur une chute de plus de 4 %, alimentant les craintes sur le ralentissement chinois et ses conséquences sur l’économie mondiale.

L’activité manufacturière chinoise s’est en outre encore contractée lourdement en août, selon l’indice PMI de Markit. « L’investisseur a peur ! » résume Franklin Pichard, le directeur de Barclays Bourse. Il « s’interroge sur la réalité du niveau de croissance de la Chine, craignant qu’un atterrissage trop brutal de l’économie chinoise n’entraîne un ralentissement plus prononcé de l’économie mondiale », juge-t-il.

Sur le marché parisien, où aucune valeur du CAC 40 n’a terminé en hausse, plusieurs poids lourds de la cote ont plombé le marché, à l’image de Sanofi (- 3,98 % à 89,26 euros), Total (- 3,45 % à 41,08 euros), Airbus Group (- 4,51 % à 57,39 euros) et Engie (- 3,57 % à 16,21 euros). Le secteur financier a été sous pression, avec BNP Paribas (- 3,87 % à 55,58 euros), Crédit agricole (- 2,53 % à 11,94 euros), Société générale (- 4,26 % à 43,54 euros) et Axa (- 3,81 % à 22,07 euros). Maurel et Prom a enregistré une nette hausse (+ 1,56 % à 4,61 euros) après avoir annoncé l’ouverture de deux premiers puits sur le champ gazier de Mnazi Bay, en Tanzanie.

lepoint.fr

Aller en haut