Accueil / Bourse / La Bourse de Paris signe une nouvelle séance de baisse en l’absence de rendez-vous fort

La Bourse de Paris signe une nouvelle séance de baisse en l’absence de rendez-vous fort

La Bourse de Paris signe une nouvelle séance de baisse en l’absence de rendez-vous fort

La Bourse de Paris signe une nouvelle séance de baisse en l’absence de rendez-vous fort

La Bourse de Paris a de nouveau reculé mercredi (-0,47%), les investisseurs profitant de journées sans grand rendez-vous pour respirer après une série de hausses.

L’indice CAC 40 a perdu 24 points à 5.082,57 points, dans un volume d’échanges modéré de 3 milliards d’euros. La veille, il avait lâché 0,70%.

Parmi les autres marchés européens, Londres a fortement reculé de 1,50%, Francfort perdant pour sa part 0,72%. De son côté, l’Eurostoxx 50 a baissé de 0,34%.

Le marché parisien a continué à reprendre son souffle après avoir mis un terme mardi à neuf séances de hausse consécutives, nourries par l’accord trouvé récemment entre la Grèce et ses créanciers.

La cote est “dans une phase de consolidation” qui pourrait la conduire à rejoindre les 5.000 points, souligne Frédéric Rozier, un conseiller de gestion chez Meeschaert Gestion Privée.

Selon lui, “le marché était focalisé plutôt sur les résultats américains”, avec par ailleurs un agenda clairsemé sur le plan macroéconomique.

Les investisseurs sont “très exigeants avec Apple”, ce qui a représenté “une aubaine pour prendre des bénéfices dans un marché qui reste essentiellement technique”, poursuit M. Rozier.

Les résultats du géant informatique ont en effet déçu la veille, pesant sur Wall Street, ce qui s’est répercuté sur les places boursières européennes.

“Les investisseurs, qui espéraient profiter du retour de la Grèce au second plan, doivent se montrer prudents en raison du nombre croissant de mauvaises publications outre-Atlantique”, résume pour sa part le courtier Aurel BGC.

Le marché a continué de suivre les nouvelles en provenance de Grèce, alors que le Premier ministre, Alexis Tsipras, doit faire voter au Parlement un deuxième train de réformes exigé par les créanciers avant de valider l’aide financière internationale.

L’adoption de ce texte – une réforme de la justice civile et la transposition d’une directive européenne sur les banques – ne fait guère de doute. Un vote en séance publique est attendu dans la soirée.

Pour les stratégistes de Crédit Mutuel-CIC, “le plus grand défi reste désormais de mettre en oeuvre les promesses, face à une majorité divisée”.

La Banque centrale européenne (BCE) a par ailleurs décidé de relever à nouveau le plafond des prêts d’urgence (ELA) accordés aux banques grecques, leur dernière source de financement, rapportait mercredi l’agence Bloomberg News.

Parmi les valeurs, EDF a perdu 1,54% à 21,11 euros, après la demande de la Commission européenne de restituer à l’Etat français 1,37 milliard d’euros pour avoir bénéficié en 1997 d’une aide fiscale jugée incompatible avec les règles européennes en matière de concurrence.

Solocal s’est envolé (+4,76% à 0,44 euro) grâce à une hausse de son bénéfice net au deuxième trimestre et au maintien de ses objectifs pour 2015.

Orpea a pris 3,72% à 68,79 euros après une hausse de 26,1% de son activité au premier semestre et la révision à la hausse de ses objectifs.

Groupe Eurotunnel a gagné 1,01% à 13,44 euros. La société a renoué avec les bénéfices au premier semestre en dégageant un résultat net positif de 39 millions d’euros.

Alstom a fini en légère hausse (+1,07% à 26,97 euros). Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a mis en garde contre des concessions trop importantes que la Commission européenne pourrait exiger de General Electric dans les turbines à gaz comme condition au rachat de la branche énergie du français.

Adocia a finalement terminé la séance sur une forte hausse après avoir démarré en baisse (+4,94% à 92,35 euros). Le groupe est pourtant passé dans le vert au premier semestre avec un bénéfice net de 6,7 millions d’euros.

GL Events a également gagné 4,06% à 20,50 euros après avoir annoncé un chiffre d’affaires en repli de 11,7% au deuxième trimestre.

Solucom a était recherché (+4,38% à 53,40 euros). La société a confirmé ses objectifs annuels après un premier trimestre de son exercice décalé 2015/2016 marqué par un bond de 25% de ses ventes.

Supersonic Imagine a souffert (-5,46% à 4,85 euros) après une faible hausse de 2% de son chiffre d’affaires au premier semestre.

CGG a fini en forte baisse (-4,48% à 7,67 euros) alors que, selon Bloomberg News, le groupe a renoncé à son projet d’une ligne de crédit de 350 millions de dollars qui n’a pas attiré les investisseurs.

Oeneo a pris 3,55% à 6,70 euros après avoir publié une hausse de 16,8% de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé 2015/2016.

Enfin, Lucibel a bondi (+7,97% à 3,93 euros) grâce à une forte progression de ses ventes de 12,4% au premier semestre.

AFP/boursorama.com

Aller en haut