Accueil / Bourse / La Bourse de Paris signe une quatrième séance de hausse consécutive

La Bourse de Paris signe une quatrième séance de hausse consécutive

La Bourse de Paris signe une quatrième séance de hausse consécutive

La Bourse de Paris a terminé en hausse mercredi (+0,25%) pour la quatrième fois d’affilée après des indicateurs encourageants des deux côtés de l’Atlantique, tout en gardant un oeil attentif sur la politique monétaire américaine.

L’indice CAC 40 a pris 12,11 points à 4.948,29 points, dans un volume d’échanges nourri de 4,1 milliards d’euros. La veille, il avait fini en progression de 0,41%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a nettement reculé de 0,97%, Londres gagnant pour sa part 0,46%. Par ailleurs, l’Eurostoxx 50 a fini en léger repli de 0,10%.

La cote parisienne, qui avait ouvert en légère hausse, a accéléré en cours de matinée pour se rapprocher du seuil symbolique des 5.000 points. Elle a fléchi dans l’après-midi pour rejoindre les niveaux de l’ouverture.

“Le marché a été plutôt bien porté toute la matinée” grâce à des indicateurs encourageants en zone euro, même si la séance a été “un peu plus erratique dans l’après-midi avec les marchés américains”, remarque Andréa Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

Dans la zone euro, l’indice PMI a montré une légère accélération de la croissance de l’activité privée en octobre après un plus bas de quatre mois en septembre. En France, il s’est établi à 52,6 points pour le mois d’octobre, au plus haut depuis quatre mois et au-dessus d’une précédente estimation.

Les investisseurs ont également été soutenus par des chiffres satisfaisants outre-Atlantique, où le ralentissement des créations d’emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis est ressorti en ligne avec la prévision des analystes. Par ailleurs, l’activité dans les services aux Etats-Unis a progressé plus que prévu en octobre.

Ces indicateurs sont d’autant plus scrutés qu’ils viennent en amont du rapport mensuel sur l’emploi américain attendu vendredi.

Dans ce contexte d’attente, il est donc “difficile de passer les 5.000 points” pour le marché, même s’il bénéficie d’un “sentiment positif”, explique M. Tuéni.

Le rapport sur l’emploi pourrait alimenter les spéculations sur une éventuelle hausse des taux d’intérêt de la banque centrale américaine (Fed) lors de sa prochaine et dernière réunion de l’année en décembre.

La présidente de la Fed,Janet Yellen, a d’ailleurs souligné que la hausse des taux américains en décembre restait une “possibilité réelle” au vu de la bonne performance de l’économie des Etats-Unis, lors d’une audition au Congrès.

Ses déclarations ont contribué à l’hésitation des marchés en fin de séance.

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier et parapétrolier a soutenu la tendance à l’image de Maurel et Prom (+2,08% à 3,58 euros), Technip (+4,93% à 51,93 euros)et CGG (+1,54% à 4,02 euros).

Bourbon a fini pour sa part en hausse de 3,51% à 14,00 euros. Il a publié un chiffre d’affaires trimestriel en baisse de 6%, affecté par une baisse des tarifs et des désarmements de navires destinés à réduire ses coûts.

L’industrie automobile a revanche subi le contrecoup du scandale de tricherie sur les émissions polluantes de Volkswagen qui s’est étendu mardi avec la découverte d’”irrégularités” sur le niveau de CO2 de 800.000 véhicules: Faurecia a perdu 1,34% à 35,81 euros, Valeo 1,41% à 139,75 euros, Peugeot 1,89% à 15,85 euros.

Euronext a clôturé en repli de 1,31% à 39,18 euros. L’Autorité des marchés financiers (AMF) s’est attaquée au “trading à haute fréquence” sans lésiner sur les sanctions, en requérant 5 millions d’euros contre un de ses spécialistes, l’américain Virtu, et 4 millions contre Euronext Paris.

La société de services informatiques Atos, qui a confirmé ses objectifs 2015 après une hausse de 22,6% de ses revenus au troisième trimestre, a quant à elle bondi de 8,54% à 79,14 euros.

Dans le même secteur, Sopra Steria a pris 2,09% à 107,35 euros après avoir fait part d’un chiffre d’affaires de 845,8 millions d’euros au troisième trimestre, en croissance organique de 3,2%.

Le réseau social professionnel Viadeo a été fortement sanctionné (-5,65% à 3,34 euros) après avoir fait part d’un repli de 7,6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, pénalisé par la baisse des abonnements en ligne et des activités en Chine.

Scor a grappillé 0,54% à 33,95 euros après avoir vu son bénéfice net bondir de plus de 36% au troisième trimestre.

M6 a reculé de 1,61% à 17,35 euros malgré la publication d’un chiffre d’affaires au troisième trimestre en hausse de 0,4% grâce à la progression de ses audiences.
Cac 40 (Euronext)

AFP/lexpansion.lexpress.fr

Aller en haut