Accueil / Bourse / La Bourse résiste au « shutdown », Orange grimpe sur de vieilles rumeurs de fusion

La Bourse résiste au « shutdown », Orange grimpe sur de vieilles rumeurs de fusion

La Bourse résiste au « shutdown », Orange grimpe sur de vieilles rumeurs de fusion

Le « shutdown » du gouvernement américain n’a que peu d’impact sur les marchés financiers. A la Bourse de Paris, Orange se démarque après des informations sur l’étude d’une fusion avec Deutsche Telekom.

Depuis samedi à la première heure, le financement des administrations fédérales américaines est bloqué ; c’est un nouveau « shutdown », qui résulte de l’impossibilité de trouver un accord sur le budget de l’Etat. Des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux se retrouvent en situation de chômage technique. En Bourse, l’impact est très limité. Wall Street a même gagné un peu de terrain lundi, tout comme Francfort et Paris. Le Cac 40 a pris 0,29% à 5.541,99 points, dans des volumes d’affaires de 3,47 milliards d’euros. Seul Londres a cédé quelques points.

Les effets d’un « shutdown » sur les marchés financiers sont difficiles à apprécier dans la mesure où tout dépend de sa durée. Les trois derniers blocages (en 1995, 1996 et 2013) n’ont eu qu’un impact limité sur le S&P 500. L’indice n’a en effet guère varié à l’issue des cinq jours de paralysie de novembre 1995 et des 21 jours de blocage entre la fin décembre 1995 et le début janvier 1996. Il a en revanche progressé de plus de 1% à l’issue des 16 jours qu’a duré le « shutdown » d’octobre 2016.

Le FMI relève sa prévision de croissance économique

Les marchés européens ont par ailleurs été soutenus par la perspective d’une sortie de l’impasse politique en Allemagne. Le parti social-démocrate allemand (SPD) s’est prononcé dimanche pour l’ouverture de discussions avec la CDU-CSU d’Angela Merkel en vue de former un gouvernement de coalition. Cette avancée vers une sortie de l’impasse politique outre-Rhin soutient l’euro, qui se traite à 1,2240 dollar à trois jours de la décision monétaire de la BCE. Plusieurs responsables de la banque centrale ont récemment fait part de leurs préoccupations face à la récente appréciation de la monnaie unique.

A noter que le Fonds Monétaire International (FMI) a relevé de 0,2 point à 3,9% sa prévision de croissance pour l’économie mondiale cette année, comme en 2019, en raison de l’accélération de la dynamique entamée mi-2016, mais aussi de l’effet positif attendu à court terme de la réforme fiscale américaine.

Orange et Deutsche Telekom auraient parlé fusion

A Paris, la star du jour est Orange. L’opérateur s’est installé en tête du Cac 40 en milieu de journée. Le groupe français et Deutsche Telekom ont mené des discussions discrètes en septembre dernier en vue d’une fusion entre égaux, croit savoir Le Monde. Contacté par Investir, Orange s’est refusé à tout commentaire.

A l’inverse, Sanofi a accusé la plus forte baisse de l’indice phare après le rachat de l’américain Bioverativ, spécialisé dans l’hémophilie, pour 11,6 milliards de dollars. Le groupe français indique que ce rachat aura un effet positif immédiat sur son bénéfice par action tout en lui permettant de renforcer sa présence dans le traitement des maladies rares. Les analystes de Kepler Cheuvreux jugent le prix élevé et s’interrogent sur la capacité du pipeline de nouveaux médicaments résultant du rachat à contrebalancer la concurrence du Hemlibra de Roche dans le traitement de l’hémophilie.

TechnipFMC et Total profitent pour leur part du retour du baril de Brent de la mer du Nord vers les 69 dollars. Air France-KLM abandonne près de 3% alors que le cabinet d’analyste irlandais Davy a dégradé le titre de « surperformance » à « neutre ».

 

VB


lesechos

Aller en haut