Accueil / Mines & Energies / La Chine révèle l’ampleur de ses réserves d’or

La Chine révèle l’ampleur de ses réserves d’or

La Chine révèle l’ampleur de ses réserves d’or

Elles ont augmenté de près de 60% depuis 2009, dernière année où Pékin a publié des statistiques officielles.

La question faisait fantasmer les acteurs du marché de l’or depuis des années. Combien les coffres forts de la banque centrale chinoise abritent-ils de lingots ? Vendredi, l’institution financière a mis fin au suspense. Elle a fait sa première annonce officielle sur le sujet après six ans de silence, et révélé que les réserves d’or du pays avaient augmenté de près de 60%, passant de 1.054 tonnes en 2009 à 1.658 tonnes en juin 2015.

La Chine possède donc aujourd’hui davantage d’or que la Russie, qui a triplé ses réserves en dix ans. Mais, contrairement à ce que certains avaient imaginé, elle reste derrière la France, quatrième détenteur de métal jaune la planète, dont les stocks s’élèvent à 2.435 tonnes, derrière l’Italie, l’Allemagne ou encore les Etats-Unis, dont les coffres sont les plus richement garnis, avec plus de 8.100 tonnes. En outre, cet or ne représente que 1,6% de ses réserves de changes totales, alors qu’il compte pour 66% en France et pour 74% aux Etats-Unis.
Accumuler les lingots

« Ce chiffre est décevant, réagit Frédéric Lasserre, directeur chez C&M Finances. Il s’avère très en dessous des attentes du marché. » Il ne s’agissait certes que d’hypothèses en l’absence de chiffres officiels, poursuit le gérant matières premières, mais certains observateurs supposaient que la Chine avait acheté de l’ordre de 400 à 500 tonnes d’or par an depuis 2009, au vu des importations volumineuses d’or à Hong Kong. La banque centrale chinoise n’avait par ailleurs jamais caché qu’elle était en train d’accumuler des lingots. « Cela a alimenté la spéculation », confirme Frédéric Lasserre.

Panier de devises du FMI

Comment interpréter une telle différence, alors ? Dans un communiqué sous forme de questions-réponses, la banque centrale chinoise explique que la capacité du marché de l’or est restreinte comparé à la taille de ses propres réserves. Elle assure qu’elle aurait donc pu l’affecter en achetant sur un laps de temps trop court. Mais, la Banque populaire de Chine (BPC) ne pouvait probablement pas attendre davantage dans le but de publier des statistiques plus marquantes, juge un expert du secteur. Dans l’idée de normaliser son statut financier international , la Chine souhaite en effet que le yuan soit inclus dans les droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI. Cet actif de réserve est actuellement calculé par rapport à un panier de devises composé du dollar, de l’euro, de la livre sterling, et du yen japonais. Et, la transparence des réserves est l’un des critères requis pour intégrer ce panier.

La Chine publiera donc désormais chaque année le volume de ses réserves d’or, refermant ainsi la « boîte à fantasmes », qui pouvait offrir un soutien aux cours de l’or. Vendredi, ils ont décroché au plus bas depuis cinq ans.

Muryel Jacque / Journaliste au service Marchés
lesechos.fr

Aller en haut