Accueil / International / La Chine sécurise son approvisionnement en cobalt

La Chine sécurise son approvisionnement en cobalt

La Chine sécurise son approvisionnement en cobalt

Entre 2018 et 2020, Glencore va vendre environ un tiers de sa production au groupe GEM, spécialiste des matériaux pour batteries.

La Chine vient de signer l’un des accords les plus importants (rendus publics) pour assurer son approvisionnement en cobalt, un métal essentiel à la fabrication des batteries des voitures électriques.

Le groupe GEM, un spécialiste des matériaux pour batteries et du recyclage coté à la Bourse de Shenzhen, s’est entendu avec le géant minier et du négoce Glencore pour lui acheter environ un tiers de sa production au cours des trois prochaines années. Il serait question au total de plus de 50.000 tonnes, soit l’équivalent de près de la moitié du cobalt extrait en 2017. Certains investisseurs se sont aussi rués sur le métal en amassant des stocks.

Le prix du cobalt au plus haut depuis 2008

L’accès à long terme au cobalt s’apparente à un casse-tête pour ses utilisateurs. Aujourd’hui, la majeure partie du métal provient d’un seul pays, la République démocratique du Congo (RDC). Depuis deux ans, les prix ne cessent de grimper, à mesure que la peur de manquer à terme augmente. Ils ont atteint il y a quelques jours 40 dollars la livre, selon les données de MetalBulletin, un niveau sans précédent depuis dix ans. A Londres, la tonne s’échangeait mercredi à 85.500 dollars.

Pour Paul Gait, analyste chez Bernstein, il y a d’ores et déjà une leçon à tirer de cet accord. « Une fois de plus, c’est la Chine davantage que l’Occident qui comprend correctement les besoins en matériaux et l’importance de l’électrification des véhicules », dit le spécialiste dans une note. D’après lui, les constructeurs automobiles « n’ont apparemment pas voulu payer suffisamment ».

De son côté, GEM explique qu’il n’a guère le choix. La société est l’un des premiers fournisseurs de CATL, autre groupe chinois qui s’est autoproclamé cette semaine leader mondial de la batterie pour voiture électrique, selon le « Financial Times » . « Les ressources en cobalt recyclé tirées de nos propres opérations ne suffisent plus à répondre à nos besoins exponentiels », indique le groupe asiatique dans une déclaration enregistrée auprès du Shenzhen Stock Exchange citée par le site spécialiste Platts.

Glencore optimiste

Il y a cinq ans, les voitures électriques étaient rarissimes. En 2016, 2 millions s’en sont vendues dans le monde, et l’an passé, les ventes ont augmenté de 13 %. D’ici à 2040, les plus optimistes prédisent qu’il pourrait s’en écouler davantage que les voitures à essence. Il faut entre dix et jusqu’à plus de 20 kilogrammes de cobalt par batterie. Glencore, premier producteur mondial de cobalt, surfe sur ces projections. Le groupe suisse a annoncé récemment qu’il comptait doubler sa production en RDC d’ici à 2020.

Muryel Jacque
lesechos

Aller en haut