Accueil / Mines & Energies / La Chine surprend en publiant ses réserves d’or pour la deuxième fois

La Chine surprend en publiant ses réserves d’or pour la deuxième fois

La Chine surprend en publiant ses réserves d’or pour la deuxième fois

Après son silence de 6 ans, la Chine révèle ses réserves d’or pour le deuxième mois consécutif

Changement radical de stratégie pour les autorités chinoises. La banque centrale de la République populaire de Chine vient de révéler le montant de ses réserves d’or pour la seconde fois en un mois. Le 17 juillet, elle avait déjà créé la surprise en annonçant l’étendue de ses stocks d’or accumulés depuis 2009, la dernière fois qu’elle s’était prononcée sur le sujet. Et la pratique pourrait bien perdurer : « il se pourrait qu’ils commencent à le publier chaque mois » a commenté le directeur de GoldCore, Mark O’Byrne, pour Bloomberg.

Si cette nouvelle publication est surprenante, le chiffre révélé l’est un peu moins. Les réserves d’or chinoises ont augmenté de 1,1% depuis mi-juillet, passant de 1.658 tonnes à 1.677,4 tonnes vendredi 14 août. Assez cependant pour soutenir la hausse du cours de l’or, déjà encouragée par les craintes suscitées par la dévaluation du yuan. Le métal rebondit cette semaine de 2,2% après avoir atteint son niveau le plus bas le mois dernier, à 1.088,50 dollars l’once. Un contraste avec la publication de juillet, qui avait, elle, déçu les marchés. Ces derniers s’attendaient en effet à des réserves additionnelles près de trois fois supérieures.

Transparence accrue

L’annonce de la Banque centrale chinoise s’insère dans une stratégie tournée vers la transparence. Un mouvement appelé par le FMI, qui a jugé la semaine dernière qu’« un important travail reste à accomplir pour informer le conseil d’administration du FMI sur l’intégration du renminbi au panier des droits de tirage spéciaux  ». L’institution envisage en effet d’inclure la devise dans le panier de monnaies de référence internationale, actuellement composé du dollar, de l’euro, de la livre et du yen. Elle a d’ailleurs salué la dévaluation de Pékin comme une « étape positive » sans « implication directe » sur sa décision, qui devrait intervenir en novembre.

Laura Le Saux
lesechos.fr

Aller en haut