Accueil / Mines & Energies / La Communauté électrique du Bénin sous administration provisoire dès le 1er janvier 2019

La Communauté électrique du Bénin sous administration provisoire dès le 1er janvier 2019

La Communauté électrique du Bénin sous administration provisoire dès le 1er janvier 2019

C’est l’une des résolutions prises à l’issue d’une réunion organisée mardi, 27 novembre, à Lomé, avec en vue de restructurer cet organisme intervenant dans la production et le transport de l’énergie électrique au Togo et au Bénin

Les chefs d’Etat du Bénin et du Togo ont convenu mardi, 27 novembre, à Lomé, de placer la Communauté électrique du Bénin (CEB) sous administration provisoire pour une durée de six mois à compter du 1er janvier 2019.

« Sous l’autorité du Haut conseil interétatique, l’administration provisoire sera chargée entre autres d’engager la procédure de recrutement d’un gestionnaire délégué et de démarrer la restructuration de l’entreprise », indique le communiqué publié à l’issue de la réunion.

La CEB est un organisme mis sur pied par les deux Etats en 1968 avec pour vocation d’assurer des missions de production et de transport d’énergie dans les deux pays.

A cause des difficultés financières de la structure, les dirigeants des deux pays ont décidé de procéder à sa restructuration et de changer son objet social.

Dans le cadre du changement de l’objet social, la CEB « devient désormais gestionnaire de réseau de transport d’énergie avec pour activité connexe la poursuite de l’exploitation des moyens de production du barrage de Nangbéto et des deux turbines à gaz installées dans les deux pays », relève le communiqué.

« En conséquence chaque Etat assurera l’importation directe de ses besoins complémentaires en énergie », précise le document.

La séance de travail tenue mardi entre le président béninois Patrice Talon et de son homologue togolais Faure Gnassingbé, sur la situation de cet organisme à caractère public, réunissait également les ministres en charge des Finances et de l’Energie des deux pays.

La réunion a également décidé des paiements partiels de la dette de l’organisme, en accord avec les créanciers et la mise en place d’un échéancier pour le solde avec la garantie des Etats au plus tard le 31 décembre 2018.

La CEB est criblée de dettes à l’égard de ses fournisseurs d’énergie, notamment les sociétés TCN du Nigeria, VRA et GRIDCo du Ghana et CIE de Côte d’Ivoire.

Les présidents Faure Gnassingbé et Patrice Talon ont exprimé leur « gratitude » aux chefs d’Etat du Nigéria, du Ghana et de Côte d’Ivoire pour leur compréhension et leur soutien à la CEB.

energies-media.com

Aller en haut