dimanche 25 octobre 2020
Accueil / Développement / La coopération entre la Chine et l’Afrique a permis d’accélérer le développement de l’économie numérique en Afrique pendant l’épidémie de COVID-19

La coopération entre la Chine et l’Afrique a permis d’accélérer le développement de l’économie numérique en Afrique pendant l’épidémie de COVID-19

La coopération entre la Chine et l’Afrique a permis d’accélérer le développement de l’économie numérique en Afrique pendant l’épidémie de COVID-19

Depuis le début de cette année, si l’épidémie de COVID-19 a eu des impacts sur l’économie africaine, elle a également apporté des opportunités pour le développement accéléré de l’économie numérique africaine. Les technologies avancées et plates-formes fournies par des entreprises chinoises constituent un soutien énergique à la construction d’un système du e-commerce et à la transformation numérique accélérée sur le continent africain.

  Pendant l’épidémie, l’essor du e-commerce a permis au peuple africain de constater les avantages de la transformation numérique. Sur la plate-forme de commerce électronique créée conjointement par le Rwanda et la société chinoise de commerce électronique Alibaba, 3000 paquets de café rwandais ont été vendus en une « seconde éclair », ce qui a bouleversé la population locale.

  (Photo) Le 19 mai, à Kigali, capitale du Rwanda, on assiste à la présentation donnée par un robot mobile intelligent. (Publiée par l’Agence de presse Xinhua, photo de Cyril Ndegeya)

  Dans une interview accordée à l’Agence de presse Xinhua, le porte-parole du Conseil rwandais de développement des exportations agricoles Entevali a dit: « En cette ère numérique, nous devons nous adapter au commerce électronique. Grâce à Alibaba, nous saisissons l’opportunité de la transformation numérique. »

  Les données publiées en août dernier par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont montré que depuis le début de l’épidémie, certaines plates-formes de commerce électronique en Afrique ont enregistré une croissance à trois chiffres du volume d’affaires. Conformément aux recommandations de la CNUCED, les gouvernements de nombreux pays africains œuvrent à créer un environnement favorable au développement du commerce électronique et de l’économie numérique.

  Alex Ntale, Directeur général du Département des technologies de l’information et de la communication de la Fédération rwandaise du secteur privé, a dit que la technologie numérique avait facilité la vie des Africains face au confinements imposés pendant l’épidémie et qu’ils pouvaient acheter des produits de première nécessité en ligne.

  (Photo) Le 1er novembre 2019, un employé emballait des marchandises dans l’entrepôt de la plate-forme de commerce électronique Kilimall, situé dans la banlieue sud de Nairobi, au Kenya. (Photo par Yang Zhen, journaliste de l’Agence de presse Xinhua)

  Kosal de Suza, une femme au foyer qui vit à Dar es Salaam, en Tanzanie, a dit qu’elle avait doublé les achats en ligne à cause de l’épidémie.

  Au Kenya, Mdundo développe les activités dans 15 pays et régions d’Afrique. Sa plate-forme en ligne rassemble plus de 60000 artistes africains et compte actuellement plus de 5 millions d’utilisateurs actifs. Le Directeur général Vaniko Koinange a dit que le nombre de téléchargements de musique sur la plate-forme avait augmenté régulièrement cette année, avec 33 millions de téléchargements au premier trimestre et encore une augmentation de 26% au deuxième trimestre.

  Entvali a dit que le commerce électronique avait montré un grand potentiel de développement en Afrique et devrait devenir le meilleur modèle commercial à l’avenir. Mocta Yedali, Directeur du département de l’information et des affaires sociales de la Commission de l’Union Africaine, estime également que la numérisation est vitale pour l’avenir du continent africain.

  Lors de la vidéoconférence du Sommet mondial sur la société informatique qui s’est tenue récemment, Yedali a suggéré que les dirigeants africains participant à la conférence mènent une « réflexion numérique ». La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique a publié une déclaration après la conférence selon laquelle la transformation numérique est essentielle pour que le continent africain améliore sa compétitivité mondiale au 21e siècle. « Cela contribuera non seulement à l’intégration de l’Afrique, à la promotion d’une croissance inclusive et à la création d’emplois, mais il permettra également de supprimer la fracture numérique qui ne cesse de s’élargir, d’aider l’Afrique à éliminer la pauvreté et de profiter aux Africains. »

  M. Jean-Paul Adam, Directeur de la Division de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique a dit: « Les technologies de l’information et de la communication sont un moteur important pour réaliser les objectifs de développement durable. Cependant, l’Afrique est confrontée au défi de la fracture numérique. Si l’on n’arrive pas à résoudre la question de l’interconnexion sur l’ensemble du continent africain, on ne pourra pas réaliser les objectifs de l’Agenda 2030. »

  De nombreux observateurs ont remarqué que le continent africain était en train de construire un écosystème de commerce électronique grâce à la plate-forme du e-commerce, à la technologie de paiement mobile et aux équipements de téléphone intelligent fournis à l’Afrique par des entreprises chinoises.

  (Photo) C’est une photo de l’interface de l’application mobile du commerce électronique de produits agricoles AgriApp, prise à Douala au Cameroun le 4 décembre 2019. (Publiée par l’Agence de presse Xinhua, photo par Copso)

  Edward Kuseva, maître de conférences en économie à l’Université de St. Paul au Kenya, a dit: « La coopération en matière de commerce électronique Chine-Afrique aide l’Afrique à réaliser son rêve numérique et à améliorer son innovation, sa technologie et sa compétitivité. »

  L’économiste social zambien Kevin Chisanga a dit que le continent africain s’était progressivement rendu compte qu’en établissant un partenariat avec la Chine, il pouvait réduire le coût de la transformation numérique dans les pays africains.

  Le 16 septembre, Huawei Kenya a organisé la cérémonie du lancement du projet « Grains pour l’avenir » en ligne. Le projet vise à former les talents locaux de technologie informatique et de communication pour le Kenya et à promouvoir la communication entre la Chine et ce pays. L’Ambassadeur de Chine au Kenya, Zhou Pingjian, a dit dans son discours d’ouverture que la Chine attachait une grande importance au développement de l’économie numérique et avait travaillé efficacement pour promouvoir la coopération internationale dans ce domaine.

  Grâce à la coopération avec le gouvernement chinois et les entreprises chinoises, le développement de l’économie numérique en Afrique a obtenu les premiers résultats. Les observateurs estiment qu’à l’avenir, alors que la Chine et l’Afrique continuent de coopérer dans les domaines des infrastructures informatiques et de communication, d’Internet et de l’économie numérique, l’Afrique verra son économie numérique atteindre un niveau plus élevé.

focac.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut