Accueil / Développement / La coopération industrielle sino-africaine joue un rôle essentiel à l’expo de Nairobi

La coopération industrielle sino-africaine joue un rôle essentiel à l’expo de Nairobi

La coopération industrielle sino-africaine joue un rôle essentiel à l’expo de Nairobi

La première Expo sur la coopération sino-africaine dans le domaine de la capacité industrielle, qui s’est achevée samedi à Nairobi, capitale du Kenya, a fortement focalisé l’intérêt des visiteurs sur la coopération industrielle sino-africaine.

Cette première édition de l’expo a attiré plus de 50 entreprises chinoises de différents secteurs qui ont présenté leurs produits et services. Elle a également accueilli des sessions interactives réunissant des entreprises chinoises et africaines désireuses de créer des partenariats.

Le secrétaire du Cabinet kényan chargé du Commerce, de l’Industrie et des Coopératives, Adan Mohamed, a dit que l’expo de Nairobi renforce le rôle fondamental joué par la Chine pour faire avancer le progrès industriel en Afrique.

“Le forum Chine-Afrique, qui s’est déroulé pour la première fois sur le continent africain, symbolise la confiance de la Chine dans l’Afrique ainsi que sa volonté de renforcer ce partenariat et de le porter à un niveau supérieur”, a dit M. Mohamed.

Lors de l’événement de quatre jours, des responsables africains ont également participé à des tables rondes visant à présenter aux investisseurs chinois les opportunités d’investissement dans leurs pays d’origine.

Le directeur général de l’Autorité kényane de l’investissement, Moses Ikiara, a indiqué que l’expo offre une plateforme aux deux parties qui leur permettra d’explorer de nouveaux partenariats et de dégager des bénéfices mutuels.

“Nous espérons que les pays africains seront en mesure de tirer parti de la force de la Chine dans les domaines des technologies, de la main-d’oeuvre et de la finance pour développer un outil industriel puissant”, a souligné M. Ikiara.

Il a ajouté que la mise en œuvre de l’initiative chinoise “la Ceinture et la Route” stimulera les progrès industriels en Afrique tout en modernisant les économies du continent.

L’expo a attiré des délégations de 30 pays africains qui ont envie de se familiariser avec les prouesses de la Chine dans le domaine de l’industrie.

Le chef de l’équipe Promotion de l’investissement au sein de la Commission éthiopienne pour l’investissement (EIC), Aschalew Tadesse, a dit que l’expo a été organisée à un moment opportun car les pays africains ont envie d’exploiter l’expertise et le talent de la Chine en matière d’investissement et de technologie pour créer de solides parcs industriels.

“Les investissements chinois dans nos secteurs prioritaires, tels que l’industrie, les infrastructures et l’agro-transformation, pourront contribuer à dynamiser la croissance économique et à créer des emplois pour les jeunes qualifiés”, a dit M. Tadesse.

Les investisseurs chinois qui ont participé à l’expo de Nairobi sont optimistes en ce qui concerne l’émergence d’opportunités en Afrique.

Le directeur des ventes de la société Romer Environmental Protection, établie à Shenzhen, Qiu Fan, a dit que l’Afrique offre de nouvelles opportunités aux investisseurs chinois, grâce à la progression du pouvoir d’achat liée à la forte croissance économique.

M. Qiu a dit que sa société, qui est spécialisée dans la désalinisation de l’eau de mer et la purification d’eau provenant de forages, a reçu des commandes de clients souhaitant acquérir des technologies de traitement de l’eau afin de remédier au problème des maladies transmises par l’eau.

“Nous avons déjà investi dans quatre pays africains et nous sommes convaincus que nos investissements seront rentables”, a dit M. Qiu à Xinhua.

“Nous avons reçu des commandes de grandes entreprises et de particuliers qui ont confiance dans nos purificateurs d’eau. Il est possible que nous ouvrions une usine au Kenya dans un proche avenir”, a-t-il ajouté.

Le chef du Bureau pour l’Asie et le Pacifique au Centre international du commerce (ITC), a dit que la Chine et ses partenaires africains devraient créer des mécanismes permettant de partager les meilleures pratiques ainsi que les compétences requises pour promouvoir la croissance industrielle.

NAIROBI, 16 décembre (Xinhua)

Aller en haut