Accueil / International / La croissance aux USA au plus haut niveau depuis 2 ans

La croissance aux USA au plus haut niveau depuis 2 ans

La croissance aux USA au plus haut niveau depuis 2 ans

WASHINGTON (Reuters) – La croissance de l’économie américaine a atteint au troisième trimestre son plus haut niveau depuis deux ans grâce à la vigueur des exportations et au rebond des stocks, qui ont compensé le ralentissement de la consommation, montre vendredi la première estimation du produit intérieur brut.

Le PIB a progressé de 2,9% en rythme annualisé après une hausse de 1,4% au deuxième trimestre, a annoncé le département du Commerce. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis le troisième trimestre 2014. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 2,5% seulement.

En dépit du ralentissement des dépenses de consommation, la croissance enregistrée au troisième trimestre devrait contribuer à dissiper les craintes d’un épuisement de la reprise. Sur les six premiers mois de l’année, la croissance n’a été que de 1,1%.

“C’est un rebond naturel; jusqu’alors l’année n’avait pas été très enthousiasmante”, commente Luke Bartholomew (Aberdeen Asset Management). “La campagne de la présidentielle a sans doute créé de l’incertitude qui a pesé sur la croissance”.

Bien que la Réserve fédérale américaine se concentre principalement sur ses objectifs statutaire en termes d’inflation et d’emploi, la solidité dont a fait preuve l’économie au troisième trimestre conforte le scénario d’une hausse des taux en décembre.

Le dollar a atteint un pic de trois mois contre le yen à la suite de la statistique, tandis que les cours des Treasuries ont fléchi. Les futures boursiers n’ont guère varié, tandis que Wall Street par elle-même a ouvert en ordre dispersé.

La consommation des ménages a continué de soutenir l’expansion de l’activité économique avec une hausse de 2,1% en rythme annualisé, qui marque néanmoins un ralentissement après celle de 4,3% du deuxième trimestre.

La consommation a été freinée par une baisse des achats de biens non durables mais les dépenses de consommation pourraient repartir au quatrième trimestre, un marché du travail tendu jouant dans le sens d’une hausse soutenue des salaires et donc du revenu disponible des ménages.

Les dépenses en infrastructures, qui comprennent les puits de pétrole et de gaz, ont progressé de 5,4% sur la période, le rythme le plus soutenu depuis le deuxième trimestre 2014, après un recul de 2,1% au trimestre précédent.

L’investissement dans le secteur minier et l’exploration pétrolière a en revanche continué de chuter fortement bien qu’à un rythme un peu moindre avec une contraction de 31,5% au troisième trimestre après -57,4% au trimestre précédent.

Les dépenses des entreprises en biens d’équipement se sont contractées pour le quatrième trimestre consécutif avec une baisse de 2,7%.

L’investissement dans le secteur résidentiel a reculé pour le deuxième trimestre consécutif tandis que les dépenses des administrations publiques ont rebondi.

Marc Angrand, Marc Joanny
reuteurs

Aller en haut