Accueil / Développement / La croissance de l’Afrique du Sud révisée à 0,7% en 2017

La croissance de l’Afrique du Sud révisée à 0,7% en 2017

La croissance de l’Afrique du Sud révisée à 0,7% en 2017

En raison d’une série de facteurs négatifs, les projections de croissance économique d’Afrique du Sud pour 2017 ont été révisées à la baisse, passant de 1,3%, selon les prévisions précédentes, à 0,7 %, a rapporté mercredi le ministre des Finances Malusi Gigaba.

Ce niveau reste plus élevé que celui de 0,5% annoncé par les prédictions récentes du Fonds monétaire international, a déclaré M. Gigaba au Parlement en présentant sa prévision de budget à moyen terme.

La croissance économique devrait par la suite se redresser lentement, pour atteindre 1,1% en 2018 et 1,5% en 2019, puis 1,9% en 2020, avec l’amélioration des perspectives économiques internationales, a-t-il dit.

L’affaiblissement des perspectives de croissance traduit une dégradation de l’activité et de la confiance des ménages qui a gagné en vitesse depuis 2014, a déclaré le ministre.

“Il est décevant de voir que de 2010 à 2016, le niveau de croissance économique est comparativement très faible par rapport aux ambitions de notre NDP (programme de développement national)”, a dit M. Gigaba.

En conséquence, le produit intérieur brut (PIB) par habitant est en recul depuis deux années consécutives, et des millions de Sud-Africains vivent dans la pauvreté, avec un taux de chômage de 27,7%, le plus élevé depuis septembre 2003, selon le ministre.

De plus, le patrimoine reste très concentré, puisque 95% des richesses du pays sont aux mains de 10% de la population, a précisé M. Gigaba.

Le déficit budgétaire consolidé devrait s’élever à 4,3% du PIB au cours de l’exercice 2017-2018, contre un objectif budgétaire de 3,1% du PIB en 2017, a-t-il dit.

L’endettement national brut devrait atteindre 61% du PIB d’ici à 2022, tandis que le coût du service de la dette avoisine 15% des recettes budgétaires principales à l’horizon 2020-2021, selon M. Gigaba.

Malgré les pressions budgétaires, le gouvernement continuera de préserver ses dépenses consacrées aux programmes sociaux essentiels qui bénéficient aux Sud-Africains pauvres, a dit M. Gigaba.

Au cours des trois prochaines années, les dépenses consolidées devraient augmenter d’un taux annuel moyen de 7,3%, passant de 1.600 milliards de rands (environ 117 milliards de dollars) en 2017-2018, à 1.900 milliards de rands (environ 138 milliards de dollars) en 2020-2021, selon le ministre.

Les investissements en infrastructures s’élèveront à 948 milliards de rands (environ 69 milliards de dollars) au cours des trois prochaines années, a-t-il dit.

Pour tirer profit de la croissance économique mondiale, l’Afrique du Sud doit sortir des sentiers battus et former une coalition de travail pour la croissance incluante et la transformation économique, a dit M. Gigaba.

LE CAP (Afrique du Sud), 25 octobre (Xinhua)

Aller en haut