Accueil / Développement / La croissance économique zimbabwéenne en 2016 sera modeste à +0,6%

La croissance économique zimbabwéenne en 2016 sera modeste à +0,6%

La croissance économique zimbabwéenne en 2016 sera modeste à +0,6%

L’économie zimbabwéenne devrait selon les projections afficher une croissance économique modeste de 0,6% en 2016, contre 1,1% en 2015, en raison d’une sécheresse provoquée par El Niño et de la faiblesse des cours des matières premières sur les marchés internationaux, a déclaré jeudi le ministre des Finances, Patrick Chinamasa.

Le ministre avait initialement prévu une croissance économique de 2,7% en 2016, mais il a révisé à la baisse cette projection de croissance à 1,2% en septembre.

La croissance économique devrait se redresser légèrement, et s’élever à 1,7% en 2017, grâce à une amélioration des précipitations, à la remontée de certains cours internationaux des matières premières, et à la mise en œuvre de réformes pour faciliter les affaires, a-t-il dit.

Le ministre s’exprimait devant le Parlement pour présenter le projet de budget national 2017, dans lequel le gouvernement anticipe des revenus de 3,7 milliards de dollars (USD) pour des dépenses prévues à 4,1 milliards.

“L’économie reste confrontée à un certain nombre de difficultés, qui continuent de freiner la croissance économique durable et équitable”, a déclaré le ministre.

Le budget 2017 a pour ambition d’augmenter la production au moyen de réformes critiques pour réorienter les ressources budgétaires vers les projets de développement, améliorer le cadre d’investissement et finaliser la reprise de contact avec les institutions financières internationales.

M. Chinamasa a également salué l’adoption de bons du Trésor, qui devraient selon lui soutenir la consommation privée.

Pour renforcer la production de platine, le ministre a prolongé d’un an la taxe de 15% sur les exportations de platine brut jusqu’en décembre 2017.

Ce répit a pour but de laisser aux trois producteurs de platine suffisamment de temps pour achever l’installation de leurs raffineries du métal brut, a-t-il dit.

Face à la réduction de l’assiette fiscale, le ministre a également proposé un certain nombre de mesures pour augmenter les revenus, dont un prélèvement de 5% sur tous les temps de parole de téléphonie mobile et sur la large bande, taxe dont les recettes seraient versées sur un fonds de santé.

Il a également annoncé des mesures incitatives pour les entreprises des Zones économiques spéciales, dont une exonération de la taxe sur les entreprises pendant 5 ans.

Un ajustement budgétaire important et des réformes structurelles, ainsi qu’un apurement des arriérés, sont essentiels pour promouvoir un environnement économique propice à la croissance économique, a déclaré ce ministre.

Après l’apurement de la dette de 15 ans de 108 millions de dollars auprès du Fonds monétaire international le mois dernier, l’étape suivante est l’apurement des arriérés de dette des autres créanciers multilatéraux, comme la Banque africaine de développement (610 millions de dollars), la Banque mondiale (1,16 milliard de dollars), et la Banque européenne d’investissement (212 millions de dollars) en début d’année prochaine, a-t-il indiqué.

HARARE, 8 décembre (Xinhua)

Aller en haut