Accueil / Tic & Telecoms / La crypto-monnaie en Afrique Tunisie, Kenya, Nigéria et maintenant, le Burkina Faso

La crypto-monnaie en Afrique Tunisie, Kenya, Nigéria et maintenant, le Burkina Faso

La crypto-monnaie en Afrique  Tunisie, Kenya, Nigéria et maintenant, le Burkina Faso

L’engouement autour de la monnaie virtuelle, où crypto-monnaie a touché le continent africain. La fièvre autour du Bitcoin a fini par arriver sur le continent et de plus en plus de monnaies virtuelles y émergent. Si le Burkina, à travers la société Globumi, entend lancer sa première crypto-monnaie en août 2018, plusieurs autres pays l’ont devancé sur ce chemin du virtuel.

La première monnaie, le e-dinar, a été créée en Tunisie en 2000. A la suite de la Tunisie, le Kenya s’est lui aussi lancé dans la monnaie virtuelle. Le pays a lancé en février dernier la première cryptomonnaie africaine baptisé «Nurucoin».

De son côté, la société sud-africaine Trapeace Holdings a, annoncé en avril dernier qu’elle s’apprêtait à lancer une cryptomonnaie 100% africaine. Baptisée Africa Master Coin, cette cryptomonnaie devrait être lancée vers la fin de 2018, pour un usage exclusif en Afrique. L’Afrique de l’Ouest, face à ce succès, s’est aussi lancée dans la monnaie virtuelle. L’Ucoin, spécialement destinée aux «Afro-descendants», qui a été lancée à Abidjan se veut une monnaie commune pour certaines opérations, une «black value». En résumé, les crypto-monnaies sont à la mode en Afrique, et le Burkina Faso n’est plus en reste.

 

Le «Kama Kolo» Burkinabè

Au Burkina Faso, l’idée de la monnaie virtuelle est portée par la Global Business Management Institute (GLOBUMI) et Sobedi Experts Trading, spécialisée dans le trading. Dénommée, Kama Kolo (KK), son lancement est prévu en août 2018. Pour les initiateurs de cette monnaie, l’idée est d’introduire le Kama Kolo à la bourse des crypto-monnaies.

Un processus se déroulera en trois étapes. En premier, il s’agira d’acheter des jetons (ici le Kama Kolo) par les investisseurs par un système de crowfunding ou financement participatif. Ces jetons, une fois achetés, prendrons de la valeur, deuxième étape du processus. Le dernier pas consistera à introduire cette monnaie à la bourse des crypto-monnaies. «Aller sur le marché boursier des crypto-monnaies pour lever des fonds ; nous sommes capables de le faire. Lever 50 millions de Dollars ; nous pensons que c’est possible. Si nous arrivons à le faire, cette monnaie va rester sur le marché, et ce sont les spéculateurs au plan international qui pourront spéculer sur cette monnaie-là», a expliqué le directeur général de GLOBUMI, Ipolite B. Sombié.

 

Cybercriminalité liée aux crypto-monnaies et volatilité

Si la crypto-monnaie se développe et attire de plus en plus, les risques liés à son utilisation aussi évoluent. Le 27 juin dernier, la société d’Antivirus, MacAfee a publié son rapport sur les logiciels malveillants qui «minent» le marché de la monnaie virtuelle.

Il ressort que les infections par ces malwares «produisent des crypto-monnaies sur les ordinateurs à l’insu de leur propriétaires. Et les chiffres sont alarmants. Au premier trimestre 2018, la société a détecté plus de 2,9 millions, contre 400.000 environ au quatrième trimestre 2017, ce qui signifie que les cybercriminels ont de plus en plus recours à ces logiciels malveillants qui permettent de collecter des bitcoins ou d’autres crypto-monnaies avec un minimum de risque.

D’autre part, la valeur des monnaies virutelles en général, est très volatile. Certaines d’entre elles voient leur cours chuter jusqu’à les faire disparaître, tandis que d’autres, comme le bitcoin, s’apprécient au point de répandre un désir de spéculation chez le néophyte.

La variation des cours fait alors le bonheur des uns et le malheur des autres. Cette volatilité expose donc tout détenteur de crypto-monnaie à un risque conséquent d’érosion de son pouvoir d’achat.

En attendant, les crypto-monnaies suscitent un intérêt croissant, tant pour la technologie sur laquelle elles reposent, que pour les profits potentiels que certains croient y déceler.

Il existe des milliers de monnaies cryptées, certaines valant seulement quelques centimes d’euros. Les principales monnaies virtuelles sont le Bitcoin, l’Ethereum, le Ripple, le Bitcoin Cash, le Cardano, le Litecoin ou encore le IOTA.

HS

Aller en haut