lundi 30 mars 2020
Accueil / Tic & Telecoms / La Darpa recrute des «gamers»

La Darpa recrute des «gamers»

La Darpa recrute des «gamers»

La guerre ne serait en définitive qu’un jeu vidéo pour certains scientifiques dans les laboratoires militaires. Le nouveau projet de l’agence de recherche du département américain de la Défense est de capter les ondes cérébrales des meilleurs « gamers » du monde pour implanter dans les cerveaux électroniques des robots tueurs, le sens inné de la stratégie.

II y a vingt siècles, à l’époque de la Chine des « Royaumes combattants », était rédigé le premier traité de l’art de la guerre. Cet ouvrage que l’on attribue en grande partie, au général chinois du 6e siècle av. J.-C, Sun Tzu, reste un classique étudié dans toutes les écoles militaires, tant en Orient qu’en Occident.

Un art de la stratégie militaire incompréhensible pour des robots, incapables, sans assistance humaine, de faire la différence entre lapins de garenne gambadant dans la campagne et un ennemi tapis dans l’ombre d’un fourré, se désolait la Darpa, le Département de la Défense américaine.

Mais l’ère de ce bricolage électro-belliqueux est terminée ! L’agence entend utiliser les ondes cérébrales de « gamers » pour gérer des flottes entières d’appareils automatiques terrestres et aériens. Cette quête d’intelligence numérisée a été confiée à la sagacité des chercheurs de l’université de Buffalo à New York. Concrètement, les scientifiques ont analysé les mouvements oculaires et les ondes cérébrales de 25 participants tandis qu’ils s’adonnaient à un jeu vidéo de stratégie en temps réel spécialement conçu pour les besoins de l’expérience.

Ces données sont désormais employées pour la conception de nouveaux programmes d’intelligence artificielle des dispositifs autonomes de combat. L’objectif de ces recherches est de parvenir à créer une IA dite « distribuée », autrement appelée « en essaim », capable de coordonner les actions d’un grand nombre d’appareils. « Cette approche permettrait d’employer non pas un seul robot à un million de dollars, mais plutôt un grand nombre machines plus simples et moins chères », précisent les chercheurs.

Toutefois, « si la plupart des étudiants de Buffalo aiment les jeux comme des fous », ce n’est pas encore suffisant pour affiner les modèles numériques de stratégie militaire ! C’est la raison pour laquelle l’université new-yorkaise a lancé un appel n afin de recruter les meilleurs « gamers » du moment, notamment dans le milieu de l’e-sport pour recruter des compétiteurs qui excellent dans les jeux de stratégie en temps réel. Rappelons cependant que la guerre par machines interposées n’a rien de virtuel et que, pour plaire aux inconditionnels des citations, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire », comme nous l’enseignent les alexandrins du Cid de Pierre Corneille. Toutefois, cette formule ne serait qu’une reprise, créée il y a plus de 2 000 ans par le dramaturge et homme d’État romain, Sénèque. Une maxime qui n’a pas pris une ride et que devraient, sans doute, méditer les nouveaux gladiateurs des jeux vidéo, avant de foncer tête baissée dans les arènes numérisées de la Darpa.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut