Accueil / International / La dette d’Areva proche de la catégorie C

La dette d’Areva proche de la catégorie C

La dette d’Areva proche de la catégorie C

Standard & Poor’s a réduit de deux crans, de “B+” à “B-”, la notation crédit d’Areva, qui pourrait encore être abaissée puisque la dette est placée sous surveillance avec implications négatives. L’agence s’alarme du risque croissant de liquidité qui pèse sur la structure compte tenu de l’arbitrage en cours avec TVO, qui implique des milliards d’euros. Dans le cadre, la contribution future de l’Etat français pour se réduire compte tenu des fonds déjà injectés lors de l’augmentation de capital et de la réglementation européenne en matière d’aides publiques.

Une fois qu’Areva NP aura été vendu à EDF et que la ligne de crédit revolving de 1,25 MdE aura été remboursée (janvier 2018), Areva n’aura plus de dette et sa restructuration financière sera peu ou prou achevée. S&P estime que son ultime mission, mener à bien le chantier de l’EPR Olkiluoto 3 en Finlande, coûtera encore quelques centaines de millions d’euros d’ici la fin 2018, mais que la société pourrait y faire face, ainsi qu’aux garanties post-fin de chantier sur ce projet et sur d’autres dossiers.

Areva, qui deviendra une coquille vide au niveau opérationnel, possède en outre 40% de NewCo, la nouvelle société qui a récupéré les anciens actifs du cycle du combustible nucléaire. Elle pourrait au besoin monétiser sa détention pour obtenir des fonds additionnels. La surveillance négative exercée sur la note repose sur le risque lié au litige TVO et l’incertitude sur la date de finalisation de la vente d’Areva NP à EDF, qui pourrait compromettre le remboursement du crédit revolving début 2018.

boursier

Aller en haut