Accueil / Finances / La dette en devises du groupe nigérian Zenith Bank a atteint 1,32 milliard $ au terme de l’exercice 2016

La dette en devises du groupe nigérian Zenith Bank a atteint 1,32 milliard $ au terme de l’exercice 2016

La dette en devises du groupe nigérian Zenith Bank a atteint 1,32 milliard $ au terme de l’exercice 2016

Dans un contexte marqué par une faible disponibilité de dollars US au sein de l’économie nigériane, le groupe bancaire Zenith Bank indique que l’encours de ses emprunts libellés en devises étrangères a atteint 263,10 milliards de nairas (834,5 millions $) au terme de l’année 2016, dont 199,28 milliards de nairas, du avant la fin 2017.

A cela, s’ajoute un encours du de 153,4 milliards de nairas (487,3 millions $), représentant le montant du aux souscripteurs d’un eurobond que le groupe bancaire a contracté le 22 avril 2014 au taux de 6,5%, et qui arrive à maturité en 2019. Zenith Bank explique n’avoir jamais été en défaut sur le règlement de sa dette.

Les groupes bancaires sud-africain Barclays Africa Afrique du sud (ABSA) et Standard Bank, sont les plus exposés à la dette financière de Zenith Bank avec des prêts respectifs de 150,6 millions $ et 234,3 millions $. Les autres institutions financières exposées à cette dette en devises du groupe nigérian, sont First Rand Bank (16,7 millions $), JP Morgan (75 millions $), Citi Global Markets (50,3 millions $) et aussi les filiales au Ghana et en Grande Bretagne du groupe.

On retrouve aussi des institutions comme Proparco (56 millions $), la Société Financière Internationale (101,6 millions $), la Banque Européenne d’Investissement (20,8 millions $), la Banque Africaine de Développement (127,5 millions $), la banque commerciale arabo-britannique (15,11 millions $) et la Korean Export-Import Bank (13,3 millions). L’ensemble de ces prêts sont assortis d’un taux moyen de 3,5% au-dessus du taux du marché interbancaire à Londres (LIBOR).

Malgré les bonnes performances financières de la banque au cours de l’exercice 2016, avec un résultat net de 129,4 milliards de nairas, des observateurs estiment qu’une pression supplémentaire sur la monnaie nigériane rendrait plus difficile le remboursement de ces emprunts.

Idriss Linge
agence ecofin

Aller en haut