Accueil / Bourse / La Fed rassure Wall Street, qui finit en nette hausse

La Fed rassure Wall Street, qui finit en nette hausse

La Fed rassure Wall Street, qui finit en nette hausse

Wall Street a fini en franche hausse mercredi après une décision monétaire de la Réserve fédérale (Fed) jugée nuancée sur le retrait de son principal soutien à l’économie: le Dow Jones a pris 1,27% et le Nasdaq 0,92%.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 227,11 points à 18.076,19 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 45,39 points à 4.982,83 points.

Le S&P 500, très suivi par les investisseurs, a avancé de 1,21%, soit 25,07 points, à 2.099,35 points.

La Bourse de New York a passé la première partie de la séance en baisse, le Dow Jones perdant un temps plus de 150 points, puis s’est brusquement redressée après la décision de la Fed, à 18H00 GMT.

Comme le redoutait le marché, la banque centrale a certes cessé de dire qu’elle serait “patiente” avant de relever ses taux, actuellement proches de zéro, mais elle n’a dans l’ensemble pas manifesté d’empressement à retirer ce soutien à l’économie.

“Les investisseurs attendaient le pire, et comme cela ne s’est pas vraiment produit, on a eu ce rebond”, a résumé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Alors que la banque centrale conditionne le relèvement de ses taux à la solidité de la reprise américaine, elle a notamment abaissé sa prévision de croissance pour 2015 et 2016.

“La Fed abandonne le mot +patience+… Mais elle continue à se montrer patiente”, a souligné Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. “Tout ce qui est dans le communiqué, ce sont des signes de patience.”

Après la publication du communiqué, Janet Yellen, présidente de la Fed, s’est exprimée au cours d’une conférence de presse, et “ses propos n’ont fait que confirmer que le retrait du terme +patience+ ne veut pas forcément dire que les taux seront bientôt relevés”, a jugé Michael James, de Wedbush Securities.

“C’est aussi pourquoi on a vu le marché de la dette monter autant et le dollar s’affaiblir à ce point”, a-t-il ajouté. Le billet vert, qui bénéficierait d’un relèvement des taux et s’est récemment renforcé dans cet espoir, a plongé après la décision de la Fed.

A l’inverse, le marché obligataire a en effet bondi. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 1,916% contre 2,076% mardi soir, et celui à 30 ans à 2,506% contre 2,651% précédemment.

- FedEx baisse -

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier a bénéficié d’un rebond des cours du brut, qui ont mis fin à six séances consécutives de baisse à New York. Le géant ExxonMobil a pris 2,37% à 86,07 dollars, son concurrent Chevron 3,42% à 106,70 dollars, et leur rival ConocoPhillips, qui a annoncé des suppressions de postes au Canada, 2,63% à 63,64 dollars.

Malgré une baisse de son chiffre d’affaires trimestriel en raison de la force du dollar, l’éditeur de logiciels Oracle a gagné 2,94% à 44,13 dollars, les investisseurs saluant des résultats solides, hors effets de changes.

En revanche, son concurrent Adobe a abandonné 3,48% à 76,89 dollars, une nette hausse de son bénéfice net trimestriel ne compensant pas des prévisions jugées décevantes pour les trois mois en cours.

Le groupe de messagerie FedEx, qui a fait état d’une prévision de bénéfices resserrée et un peu inférieure à celle du marché, a perdu 1,37% à 173,30 dollars, malgré une hausse de ses résultats trimestriels.

Vitesse, fabricant de semiconducteurs, a bondi de 37,28% à 5,34 dollars après l’annonce de son rachat pour près de 400 millions de dollars par son concurrent Microsemi qui a gagné 2,42% à 34,68 dollars

En-dessous de la tendance, le groupe alimentaire Kraft Foods grignotait 0,28% à 61,87 dollars, après avoir procédé au rappel de près de 250.000 boîtes de nourriture, en raison de la présence potentielle de “petits éléments métalliques”.

AFP/boursorama.com

Aller en haut