jeudi 12 décembre 2019
Accueil / International / La fermeture de la Chine, coup dur et défi pour le recyclage en Europe

La fermeture de la Chine, coup dur et défi pour le recyclage en Europe

La fermeture de la Chine, coup dur et défi pour le recyclage en Europe

Depuis l’an dernier, la Chine a fermé ses frontières à plusieurs catégories de déchets exportés par l’Occident. Papiers cartons, plastiques, métaux non ferreux… Les prix de ces matières chutent, fragilisant les entreprises de recyclage.

La situation est particulièrement critique en Europe et notamment en France pour l’activité de recyclage des papiers-cartons. Depuis l’an dernier, la Chine a imposé un seuil de 0,05% d’impureté inatteignable. Or l’Europe produit plus de déchets de papier-cartons qu’elle n’en réutilise, 8 millions de tonnes d’excédents qui n’ont pas trouvé de débouché équivalent à la Chine, malgré une augmentation des tonnages vers l’Inde.

Plongeon des prix du papier-carton recyclé, chute amortie pour le plastique

Les prix du papier-carton recyclé ont perdu 50% en un an ! « On attend que de nouvelles capacités papetières se créent en Europe », confie le représentant des entreprises de recyclage de papiers-cartons au sein de Federec. Sans trop d’espoir, étant donné le déclin de la consommation de papier sur le Vieux continent. Les quelques volumes supplémentaires de cartons consommés en Europe avec l’essor des ventes sur internet sont très très loin d’absorber les stocks de papier-carton. « On rêverait de transformer du papier recyclé en bobines pour les vendre à la Chine ! », plaisante amèrement l’entrepreneur du recyclage.

Pékin a également fermé ses frontières au cuivre des moteurs électriques et des câbles, ce qui pèse de plus en plus sur les résultats des recycleurs français de métaux non ferreux, alors que la demande de l’industrie automobile faiblit.

Passer d’un objectif de recyclage à un objectif de réutilisation

Dans le recyclage du plastique, en France, la fermeture des frontières chinoises a également signifié une baisse du chiffre d’affaires, – 4,5%. L’Asie du Sud-Est et en particulier la Malaisie ont bien servi d’exutoire. Mais cela n’a pas compensé le fait que les importations chinoises passaient de 250 000 tonnes à zéro.

Le prix des films en polyéthylène, en particulier, s’est effondré. Le prix du PET recyclé, celui des bouteilles en plastique, s’est maintenu, grâce à l’objectif européen d’incorporer d’ici 2025 un quart de plastique recyclé dans les nouvelles bouteilles.

C’est l’espoir des entreprises du recyclage. Que les pouvoirs publics ne se préoccupent plus seulement de récupérer 100% des plastiques usagés à l’horizon 2025, mais qu’elles imposent aux industries en aval de les utiliser davantage. Ce qui permettrait à la matière recyclée de rester compétitive par rapport au plastique vierge, quels que soient les prix futurs du pétrole.

Claire Fages
rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut