jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Finances / La finance décentralisée: ultime solution pour l’inclusion financière en Afrique

La finance décentralisée: ultime solution pour l’inclusion financière en Afrique

La finance décentralisée: ultime solution pour l’inclusion financière en Afrique

DeFi ou Decentralized Finance est un mouvement qui vise à démocratiser l’accès aux services financiers afin qu’ils ne puissent plus dépendre d’institutions financières centralisées. Pour atteindre cet objectif, la Finance décentralisée utilise des outils innovants tels que la Blockchain, la crypto-monnaie et les contrats intelligents. La plupart des projets Defi se déroulent sur la plate-forme Ethereum en raison de son langage de programmation robuste appelé solidity et du grand nombre de développeurs Ethereum du monde entier qui créent de nouvelles applications chaque jour.

Le nombre d’utilisateurs de Defi a augmenté de façon exponentielle et beaucoup pensent que Defi signifie enfin la possibilité d’avoir des formes de financement programmables et pourrait être l’une des innovations les plus importantes de la technologie blockchain capable de révolutionner la Finance mondiale. L’un des principaux domaines d’opportunité pour la Defi pourrait être la capacité de contribuer de manière significative à l’inclusion financière dans le monde. Nous explorerons dans cet article les opportunités que Defi représente pour les personnes non bancarisées, ainsi que les défis à venir pour réaliser cette mission dans le contexte particulier de l’Afrique.

Comment la Finance Décentralisée peut-elle contribuer à améliorer l’inclusion financière?

Pour comprendre l’impact de la Finance Décentralisée sur l’inclusion financière, il est important de comprendre qui sont les non bancarisés et pourquoi sont-ils non bancarisés? Selon la Banque mondiale, il y a environ 1,7 milliard de personnes non bancarisées dans le monde, soit la population mondiale qui n’a pas accès aux services financiers traditionnels tels que les comptes bancaires, mais aussi les cartes de crédit ou tout type de services financiers formels. Le manque d’accès aux services financiers formels est très lié à la pauvreté dans le monde. Sans accès aux services financiers, le stockage des actifs financiers est difficile et peu sûr.

Dans les zones rurales et dans les sociétés à économie informelle de l’Afrique subsaharienne, les gens stockent souvent d’importantes sommes d’argent sous le matelas, s’exposant aux cambrioleurs et aux dommages physiques. En outre, l’accès au crédit est un énorme problème pour les entrepreneurs non bancarisés qui souhaitent développer leur entreprise. De nombreux obstacles empêchent les personnes non bancarisées du monde entier d’accéder aux services financiers. En Afrique, cela peut être aussi simple que la difficulté d’avoir une identification, la difficulté de payer le coût des frais des institutions financières traditionnelles ou les différentes exigences administratives et d’intégration des institutions financières traditionnelles qui manquent souvent d’agilité pour s’adapter au contexte de personnes pauvres et marginalisées. La plupart des solutions proposées par les crypto-monnaies pour l’inclusion financière peuvent également être réalisées par la finance décentralisée, mais les projets Defi vont bien au-delà de ce que les crypto-monnaies ont été capables de résoudre jusqu’à présent.

De manière générale, les crypto-monnaies ont la souplesse nécessaire pour répondre aux besoins et s’adapter au contexte de populations pauvres et marginales que les institutions financières traditionnelles peuvent difficilement égaler. De nombreuses personnes qui n’ont pas accès aux banques ont accès aux smartphones et peuvent utiliser leurs smartphones pour accéder à des services financiers numériques tels que les crypto-monnaies et Defi. Dans de nombreux pays africains où les monnaies locales sont faibles, les transactions via les crypto-monnaies offrent la possibilité de stocker de la valeur et d’accéder aux marchés financiers mondiaux d’une manière que les services financiers traditionnels peuvent difficilement leur offrir. Une crypto-monnaie peut être stockée dans un portefeuille numérique et elle est considérablement plus sûre qu’une monnaie papier. Les crypto-monnaies offrent la possibilité d’être converties en devises internationales que de nombreuses devises locales ne sont pas capables d’atteindre.

Les transactions en crypto-monnaies ne nécessitent pas les processus administratifs et de diligence raisonnable souvent complexes exigés par les services financiers traditionnels et qui empêchent les personnes non bancarisées d’y accéder. Le coût des transactions en crypto-monnaies est nettement inférieur pour les transactions locales et internationales à ce que proposent les institutions financières régulières. Au-delà des avantages offerts jusqu’à présent par les crypto-monnaies, le plus grand impact des projets Defi se situe dans les domaines des prêts et des emprunts. La possibilité d’accéder au crédit dans le cadre d’un défi pourrait être au fil du temps moins chère, plus facile et plus rapide que les solutions actuellement proposées par les institutions financières traditionnelles. Une part importante des intérêts facturés par les banques provient de leurs coûts de main-d’œuvre et d’exploitation. Ces coûts sont éliminés ou considérablement réduits dans le cadre des projets Defi, avec pour effet ultime de réduire les coûts d’emprunt des prêts.

En outre, Defi ne suit pas la plupart des règles réglementaires des institutions financières traditionnelles telles que les lois KYC (Know Your Clients) ou AML (Anti Money Laundering) qui éliminent automatiquement de nombreux particuliers et petites entreprises pour accéder au crédit. On peut s’attendre à ce que le développement de Defi soit un coup de pouce pour l’accès au capital, en particulier dans les pays émergents et en développement où un segment important de la population n’a pas accès au crédit. Bien que Defi ouvre de nouvelles perspectives aux non bancarisés, de nombreux défis doivent encore être relevés pour tenir pleinement sa promesse. Cela est principalement dû à la nature naissante du mouvement.

Les Défis à surmonter

La finance décentralisée est un phénomène relativement nouveau et le concept n’est pas encore complètement développé. Comme beaucoup de nouveaux concepts, il y a de nombreux obstacles sur la route qui devront être levés pour permettre à Defi de jouer pleinement son rôle au sein des institutions financières. Le déploiement d’outils et d’instruments financiers d’une manière ouverte et sans autorisation comporte des risques réglementaires évidents. Puisqu’il n’y a aucun contrôle d’aucune sorte de KYC et AML, il existe de nombreux risques d’escroqueries et de blanchiment d’argent associés à Defi. Des millions de dollars ont déjà été perdus par des individus en raison de la nature incontrôlée de Defi. Outre les risques réglementaires, la technologie sous-jacente n’est pas pleinement développée pour être accessible au grand public. La plupart des transactions sont concentrées sur la plate-forme Ethereum et elle n’est pas bien équipée pour traiter de grandes transactions.

En comparaison, alors que Visa peut traiter 24000 transactions par seconde (TPS), le réseau Ethereum qui est principalement utilisé pour DeFi ne peut traiter que 15 transactions par seconde (TPS). Le prochain Ethereum 2.0 devrait augmenter le volume de transactions sur la plate-forme Ethereum, mais en attendant, nous devrons fonctionner avec le faible niveau actuel de capacité de transaction. Une autre faiblesse de la plate-forme Ethereum est le risque de contacts intelligents car il est perméable au piratage. Essentiellement, Defi remplace les risques de garde qui existent dans le système financier traditionnel par des risques de contrats intelligents qui peuvent être piratés pour voler des fonds séquestres dans des contrats intelligents. Dernier point mais non le moindre, il y a le risque de liquidité qui vient de l’adoption précoce et d’un volume d’activité relativement faible pour fournir des liquidités à un public mondial. Malgré une croissance impressionnante, la capitalisation boursière de DeFi est encore faible (environ 9,5 milliards de dollars en septembre 2020) par rapport à la capitalisation boursière de 275 milliards de dollars américains pour toutes les crypto-monnaies.

En conséquence, DeFi ne peut pas supporter les demandes de liquidité plus élevées des grands acteurs du marché. Cependant, cela pourrait changer rapidement compte tenu de la croissance explosive du marché. Dans le contexte africain, un défi important sera également le manque de professionnels qualifiés. Afin de mettre en œuvre Defi et de l’adopter à la population générale, il est nécessaire d’avoir des professionnels formés au concept. À l’heure actuelle, la plupart des établissements universitaires en Afrique n’ont pas encore adapté leur programme pour rattraper la révolution de la blockchain et du crypto. Le manque de professionnels formés dans ce domaine est probablement plus important en Afrique que dans le reste du monde. La finance décentralisée est une étape majeure dans la révolution de la blockchain et de la crypto-monnaie. Le potentiel de perturber le financement «tel que nous le connaissons » est important et peut ouvrir les portes de l’accès au capital à des millions de personnes qui ont été exclues du système financier traditionnel en Afrique.

Cependant, il est juste de dire qu’il faudra un certain temps au Defi pour atteindre pleinement la promesse d’une plus grande inclusion financière pour les personnes non bancarisées sur le continent africain. La technologie doit encore être développée et une certaine forme de protection réglementaire sera nécessaire pour atténuer les risques inhérents au mouvement. Sur une note optimiste, je veux croire en l’ingéniosité de la technologie et des êtres humains pour relever ces défis pour le plus grand bien de millions de personnes non bancarisées qui pourraient être libérées de la pauvreté grâce à la finance décentralisée.

financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut