Accueil / Finances / La First Merchant Bank du Malawi ne distribuera pas de dividende pour le premier semestre

La First Merchant Bank du Malawi ne distribuera pas de dividende pour le premier semestre

La First Merchant Bank du Malawi ne distribuera pas de dividende pour le premier semestre

La First Merchant Bank du Malawi ne distribuera pas de dividende pour le premier semestre 2016

First Merchant Bank du Malawi a indiqué qu’il ne paiera pas de dividende pour le compte de son premier semestre 2016 s’achevant au 30 juin. Une petite déception pour ses investisseurs qui avaient reçu 50 centimes de kwachas. « Cette décision a été prise, afin de s’assurer que les capitaux réglementaires de l’entreprise sont renforcés, afin de soutenir sa croissance sur le long terme », a expliqué le conseil d’administration du groupe.

FMB a terminé la période avec un résultat net de 2,4 milliards de kwachas, soit l’équivalent de 3,4 millions $ au dernier taux. Dans un contexte de hausse des taux d’inflation, la banque centrale du Malawi sur la période, a maintenu une politique monétaire serrée (taux d’intervention élevés). Dans ce même contexte, les taux de rémunération des dépôts sont restés quasiment stables alors que les taux des obligations gouvernementales se sont envolés, contraignant à proposer des taux plus importants, pour rémunérer les épargnes de long terme.

La banque a dû réduire l’encours de ses dépôts à terme, afin de limiter des charges d’intérêt élevées. Mais d’un point de vue opérationnel, les autres revenus de la banque se sont contractés du fait de la mauvaise performance de ses placements dans les actifs de sociétés cotées. Ces derniers ont retourné une perte de 1 milliard de kwachas, contre un bénéfice de 355 millions de kwachas pour la même période en 2015.

En guise de perspective, FMB pense que les choses ne vont pas beaucoup évoluer et que l’environnement restera marqué par des taux d’intervention élevés de la banque centrale et une pression sur le kwacha. Dans cette optique, le groupe bancaire travaille à améliorer les revenus qui proviennent des activités autres que celles de l’octroi du crédit à sa clientèle.

 

 

 

Idriss Linge / agence ecofin

Aller en haut