Accueil / Développement / La Fnac autorisée à racheter Darty à condition de céder 6 magasins

La Fnac autorisée à racheter Darty à condition de céder 6 magasins

La Fnac autorisée à racheter Darty à condition de céder 6 magasins

L’Autorité de la concurrence a donné lundi son feu vert au rachat de Darty par la Fnac, ouvrant la voie au mariage des deux enseignes qui entendent ainsi contrer leurs rivaux en ligne.

Le régulateur français de la concurrence, qui a pour la première fois pris en compte la distribution sur internet dans son évaluation, a annoncé qu’il autorisait le projet de rachat de l’enseigne d’électroménager à condition que la Fnac cède six magasins en région parisienne.

En province, l’Autorité de la concurrence estime que le distributeur spécialisé “restera confronté à une pression concurrentielle sensible” une fois l’acquisition de Darty réalisée.

En revanche, “à Paris et dans le sud-ouest de la région parisienne, l’Autorité considère que les alternatives offertes au consommateur ne sont pas suffisantes pour garantir une concurrence effective par les prix et la qualité de services”, ajoute le régulateur, qui avait ouvert une phase d’examen approfondi du projet le 23 mars.

La Fnac du centre commercial Beaugrenelle (Paris 15e), quatre magasins Darty à Paris (celui du centre commercial Italie 2, ceux du boulevard de Belleville, de l’avenue de Saint-Ouen et de l’avenue Wagram – qui doit ouvrir le 1er septembre) ainsi que celui du centre commercial Vélizy II (Yvelines) devront en conséquence être cédés.

Les deux enseignes comptent au total 400 magasins en France. Certaines sources estimaient que l’Autorité de la concurrence pourrait exiger le cession de 20 à 40 magasins pour autoriser l’opération.

L’Autorité de la concurrence juge également que la transaction ne pose “pas de problèmes de concurrence sur les marchés amont de l’approvisionnement en produits électroniques”.

Par ailleurs, “la Fnac se félicite de voir qu’aucun frein à l’expansion” territoriale future “ne soit notifié dans la décision”, a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’enseigne.

- “Décision pionnière” -

“Cette annonce est le résultat d’un dialogue constructif de plusieurs mois entre l’Autorité et la Fnac au terme desquels l’Autorité a reconnu que les magasins physiques et les ventes en ligne appartenaient à un seul et même marché, et a pris en ce sens une décision pionnière en Europe”, a salué l’enseigne dans un communiqué.

Le 7 juillet, le président de l’Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre avait en effet expliqué que l’institution avait décidé de “réviser (ses) méthodes pour y inclure pour la première fois l’étude de la vente en ligne et omnicanal” parmi les éléments de concurrence. Traditionnellement, l’Autorité se penche sur l’étude de la concurrence entre magasins physiques dans chaque zone de chalandise, sans y intégrer le commerce sur internet.

Mais pour le secteur des biens électroniques et électroménagers dans lesquels opèrent Darty et la Fnac et “où le taux de pénétration de la vente en ligne est autour des 20 à 25%”, avec des acteurs puissants comme Amazon ou CDiscount, “il nous apparaissait normal d’intéger cet aspect dans l’examen de la pression concurrentielle”, avait-il expliqué.

“L’autorisation de l’Autorité constitue une des dernières étapes indispensables au rapprochement entre Fnac et Darty”, souligne la Fnac.

L’Autorité de la concurrence belge avait dès le 17 mars autorisé “de façon inconditionnelle” l’opération “considérant que celle-ci ne portait pas atteinte à la concurrence en Belgique”.

Les actionnaires de Darty avaient eux approuvé le rapprochement fin avril, après plusieurs semaines de surenchères avec Conforama. Ceux de la Fnac avaient ensuite donné leur aval le 17 juin, à la quasi-unanimité (99,96%).

Vendredi, la Fnac a annoncé qu’elle détenait ou avait reçu des acceptations de son offre sur 91,89% du capital de Darty, qui est coté à Londres.

Son offre, au prix de 170 pence par action, a été prolongée jusqu’au 29 juillet. Elle valorise Darty autour de 1,16 milliard d’euros, sur la base des cours de Bourse de fin avril.

20minutes.fr

Aller en haut