Accueil / Développement / La Grèce et ses créanciers proches d’un accord ?

La Grèce et ses créanciers proches d’un accord ?

La Grèce et ses créanciers proches d’un accord ?

Le premier ministre grec Alexis Tsipras affirme qu’un accord sera présenté “bientôt”, tandis que Bruxelles se veut plus prudente. L’accord n’inclurait ni coupes dans les pensions, ni coupes dans les salaires, mais une restructuration de la dette et une réforme de la TVA.

Un accord serait-il en préparation entre la Grèce et ses créanciers ? Selon des sources grecques citées par Reuters, les créanciers du pays auraient commencé ce mercredi 27 mai à « rédiger » un projet d’accord. Quelques minutes plus tard, Alexis Tsipras, le premier ministre hellénique a indiqué qu’il allait présenter « bientôt » un accord. « Nous nous sommes rapprochés et nous sommes tout près d’un accord final », a-t-il souligné. Mais parallèlement, le FMI a refusé de commenter cette information, tandis que le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a affirmé que les créanciers « n’ont pas commencé à rédiger un accord final » et que « nous n’y sommes pas encore. » Et il a refusé de nommer une date pour un accord.

Quel accord ?

Selon la source grecque de Reuters, il existerait des « divergences entre les créanciers » qui bloqueraient encore la conclusion de l’accord. Que contiendrait cet accord ? Le gouvernement grec affirme qu’il contient une « réforme du système des retraites », mais pas de coupes dans le montant des pensions. Aucun salaire ne sera touché et aucun licenciement collectif n’est prévu, affirme Athènes. En revanche, il y aura, comme on s’y attend, une réforme de la TVA. Plus étonnant, le gouvernement grec évoque un « plan d’investissement » et une « solution de long terme » pour la dette, autrement dit une restructuration de la dette. Ce serait étonnant, car jusqu’ici les créanciers ont toujours refusé d’ouvrir ce dossier, y compris dans l’accord du 20 février. Si cet accord se révélait vrai, il serait plutôt favorable à Athènes, sous réserve d’en connaître évidemment les détails.

Romaric Godin
latribune.fr

Aller en haut