Accueil / International / La guerre des « promos » repart de plus belle dans les télécoms

La guerre des « promos » repart de plus belle dans les télécoms

La guerre des « promos » repart de plus belle dans les télécoms

Free a lancé une vente privée à 2,99 euros par mois pour son forfait 100 Go à 19,99 euros. Bouygues Telecom a réagi dans la foulée en se calant sur le même prix. L’agitation commerciale est à son comble cette semaine.

C’est l’escalade. Et chacun se demande jusqu’où cela pourra monter. Hier soir, Free a lancé une nouvelle offre spéciale sur vente-privee.com : le forfait à 19,99 euros par mois est proposé à 2,99 euros par mois pendant un an. La promotion est disponible jusqu’au 28 mars sur le site de e-commerce. Ce n’est évidemment pas la première fois qu’une telle offre voit le jour. L’opérateur en réalise plusieurs dans l’année, sur le mobile comme sur le fixe.

Cependant, celle-ci intervient deux jours seulement après l’enrichissement du forfait de Free. Le trublion des télécoms propose désormais à ses clients mobiles 100 Go de data par mois. Pour les abonnés Freebox, qui payent leur abonnement mobile 15,99 euros, la 4G est carrément illimitée ! L’offre avait marqué les esprits, illustrant la nouvelle guerre de la data à l’oeuvre dans les télécoms , où les opérateurs gonflent les uns après les autres leurs forfaits, sans pour autant augmenter les prix.

Marquage à la culotte

Face à cette offensive, la concurrence a décidé de réagir. Hier soir, dans la foulée de la vente privée de Free, Bouygues Telecom a dégainé une promotion choc : le forfait B&You donnant accès à 20 Go de data est proposé également à 2,99 euros par mois pendant un an, au lieu de 24,99 euros. Une offre spéciale disponible jusqu’au 28 mars, comme Free, et qui permet d’économiser environ 250 euros sur douze mois. SFR et Orange ne se sont pas encore calés sur le prix de leurs deux concurrents, mais on peut s’y attendre, tant le marché est devenu réactif.

Les opérateurs télécoms se marquent en effet à la culotte. Après avoir digéré le choc de l’arrivée de Free Mobile en 2012, et la guerre des prix qui s’en est suivie, chacun s’est organisé, au niveau du marketing comme du système d’information, pour pouvoir répondre en quelques heures à l’offre d’un concurrent. « Il n’y a qu’à appuyer sur un bouton », illustrait récemment un opérateur.

En témoigne la rapidité avec laquelle SFR a riposté cette semaine à l’offre de 4G illimitée de Free. Dix heures après l’annonce du nouveau forfait de Free, la filiale d’Altice, le groupe de Patrick Drahi, a aussi proposé l’internet mobile illimitée pour les abonnés fixe qui disposent de l’option SFR Family. Le tarif est de 27,99 euros par mois, avec une promotion à 17,99 euros pendant un an. La semaine précédente, SFR avait aussi réagi du tac au tac à Free, lorsque celui-ci avait annoncé le roaming gratuit dans toute l’Europe et 5 Go par mois dans des pays comme les Etats-Unis , l’Australie ou le Canada : l’opérateur au carré rouge avait sorti un forfait « 100 % roaming » aux conditions très avantageuses.

L’histoire se répète

« Aujourd’hui, c’est l’épisode 2 de la nouvelle saison de la guerre des prix. Cela contraste avec la discipline tarifaire qui avait plutôt caractérisé la deuxième partie de l’année 2016 », commente Vincent Maulay, analyste chez Oddo BHF, dans une note publiée ce matin. L’expert s’attend à une contre-attaque de la part d’Orange, qui est resté assez discret ces derniers jours. La séquence rappelle en tout cas la guerre des promos qui a agité le secteur l’an dernier, à la fin du mois de mars (une période propice pour gonfler les chiffres de recrutements trimestriels). A l’époque, le prix de référence était de 3,99 euros par mois.

Le contexte était lui aussi différent. Les quatre opérateurs étaient en pleine négociation pour finaliser le rachat de Bouygues Telecom par Orange. La transaction a finalement capoté. L’agitation commerciale de ces derniers jours pourrait donner du grain à moudre aux apôtres de la consolidation, alors que le sujet reste dans toutes les têtes dans l’univers des telcos.

Romain Gueugneau
lesechos

Aller en haut