Accueil / Auto & Transports / La guerre des voitures électriques est déclarée, Renault garde l’avantage

La guerre des voitures électriques est déclarée, Renault garde l’avantage

La guerre des voitures électriques est déclarée, Renault garde l’avantage

Le Mondial de l’automobile de Paris consacre une bonne place à la voiture électrique, une technologie encore snobée il y a quelques années. De nombreux concepts cars aussi ambitieux qu’innovants sont visibles sur les stands. Renault, lui, n’en est pas à des concepts cars, et annonce un doublement de l’autonomie de sa Zoé.

 

C’est un fait connu dans le monde de l’automobile, le groupe Volkswagen n’aime pas se lancer dans l’inconnu, mais quand il décide d’y aller, il met le paquet. Il y a encore deux ans, investir dans un projet de voitures électriques était impensable pour le constructeur automobile allemand.

Au Mondial de l’automobile de Paris, il annonce un ambitieux concept car intitulé I.D. programmé pour… 2020 ! Mais Volkswagen annonce qu’il ne sera pas seulement électrique mais aussi autonome (en 2025), et proposera des prestations de services comme la livraison de colis. L’I.D. qui sera pensé sur le segment de la Golf (dit compacte ou segment C) sera le premier modèle d’une flotte électrique dont le groupe n’a pas donné le détail. Volkswagen compte vendre un million de voitures électriques par an à partir de 2025.

De son côté, c’est Mercedes qui a levé le voile sur son label EQ avec un concept car qui doit préfigurer la gamme de voitures électriques que le groupe allemand veut déployer “avant 2020″ et jusqu’en 2025. L’architecture se veut suffisamment modulable pour pouvoir accueillir SUV, coupés, cabriolets et berlines. La marque Premium vise de hautes performances de conduite comme un couple de plus 700 Nm et une puissance aux standards de sa gamme AMG, ses motorisations thermiques ultra-sportives. Avec EQ, Mercedes se pose directement face à l’américain Tesla.

Mercedes EQ

De son côté Opel relance son offensive électrique avec un produit ambitieux, l’Ampera-e. La filiale de General Motors affiche une autonomie de 400 km NEDC et un 0 à 50 km/h en 3,2 secondes. Il n’en faut pas davantage pour séduire une clientèle urbaine.

Mais Renault n’est pas en reste… Le groupe français qui se targue d’être le pionnier de l’électrique avec un programme lancé en 2010 a annoncé au Mondial de l’automobile de Paris qu’il doublait l’autonomie de sa Zoé. Celle-ci passe de 240 à 400 km d’autonomie en normes NEDC (300 km en conditions réelles tient à préciser Renault). La Zoé ne pouvait pas faire moins sans prendre le risque de voir sa position de leader européenne remise en cause. Elle pourrait toutefois souffrir de la différence de performance entre l’Ampera-e qui est équipé d’un moteur 60kwh contre 41 pour la petite française. Cette dernière double néanmoins la puissance de son moteur par rapport à l’édition précédente. Par ailleurs, elle reste beaucoup moins chère que la voiture américaine qui affiche 35.000 euros contre 26.000 euros.

Renault Zoé

“Avec cette autonomie nettement améliorée, nous allons pouvoir élargir notre clientèle vers des gens qui pensaient ne pas être éligibles à une voiture électrique”, explique à La Tribune Guillaume Berthier, directeur marketing du programme électrique chez Renault. “C’est-à-dire que désormais nous n’allons pas seulement toucher une clientèle qui était convaincu de l’électrique parfois par militantisme, il y a désormais un calcul économique tout à fait intéressant qui pourra convaincre une clientèle plus rationnel”, poursuit-il.
De son côté, BMW a également amélioré son i3 avec une autonomie à 300 km en norme NEDC… Une autonomie doublée, certes, mais qui reste inférieure à ce que propose Renault. De plus, la marque Premium allemande n’a encore rien divulgué de ses intentions sur sa gamme électrique dont elle avait pourtant annoncé l’extension en mars dernier lors de la divulgation du nouveau plan stratégique du groupe (un spider pour 2018 et un nouveau modèle en 2020). Il se pourrait que le groupe munichois soit désormais mis sous pression face à l’offensive des marques concurrentes et qu’il ait décidé d’affuter une réponse plus ambitieuse…

Nabil Bourassi / latribune.fr

Aller en haut