vendredi 22 mars 2019

Accueil / La une / La jeunesse africaine innove pour l’énergie

La jeunesse africaine innove pour l’énergie

La jeunesse africaine innove pour l’énergie
Vitrine des dernières solutions énergétiques pour le continent africain, la conférence Africa Energy Indaba (la semaine passée à Johannesburg) a remis, pour la troisième année consécutive, le prix des jeunes innovateurs africains.

Le prix « African Youth Energy Innovator » récompense un jeune entrepreneur africain dont le projet permet d’améliorer les conditions de vie de ses concitoyens. Organisé, comme chaque année, dans le cadre de l’Africa Enegy Indaba, la plus grande conférence africaine sur les questions énergétiques, la dernière étape de cette troisième édition du concours permet aux cinq finalistes de montrer leur projet dans un événement qui réunit des professionnels du secteur et les délégations gouvernementales de plus d’une dizaine de pays africains.

L’efficacité énergétique à l’honneur

L’année dernière, le concept de micro-réseau porté par Matthew Wainwright et la start-up zambienne Standard Microgrid a remporté la seconde édition. Leur innovation, basée sur l’installation de panneaux solaires et d’une solution de stockage d’énergie, permet de fournir de l’électricité à des villages isolés. Soutenu par la Fondation du comédien Leonardo DiCaprio, Standard Microgrid a déjà permis d’électrifier un village, une réserve naturelle et une école en Zambie.

En 2019, les cinq projets retenus répondent à des exigences en termes de sécurité énergétique, de développement durable et de création d’emplois, avec une attention particulière portée sur trois thèmes : l’efficacité énergétique, l’accessibilité et le rapport coût/bénéfice. Parmi les projets finalistes, on trouve notamment un kit de vélo électrique capable de fournir l’énergie nécessaire à l’éclairage des écoles en milieu rural (porté par le camerounais Bongajum Lesley Ndzi), mais aussi des solutions pour cuisiner à partir de biomasse (la tanzanienne Victoria Henry Ngayamgunda) ou d’un micro-réseau de gaz (le zambien Chifungu Samazaka).

Une opportunité de développement

Depuis sa création, le concours a vu les candidatures augmenter de 50%, preuve que la jeunesse africaine se saisit de la question énergétique et que les solutions ne manquent pas. D’autant que la conférence African Energy Indaba et ses 4 000 participants offrent une caisse de résonance considérable à ces initiatives naissantes.

afrique.latribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut