Accueil / Mines & Energies / La Namibie, bientôt troisième producteur mondial d’uranium

La Namibie, bientôt troisième producteur mondial d’uranium

La Namibie, bientôt troisième producteur mondial d’uranium
La mine de Husab se trouve dans le désert du Namib, à proximité de Swakopmund.

 

Areva en rêvait, Swakop l’a fait. La filiale namibienne de la minière hongkongaise Taurus Minerals va ouvrir en octobre la mine géante qui fera de la Namibie le troisième producteur mondial d’uranium.

Swakop Uranium a annoncé le lancement, à la fin du mois d’octobre, des opérations dans sa mine de Husab, en Namibie. Ce projet d’une valeur de 2 milliards de dollars devrait produire, la première année, 15 millions de tonnes de minerai, avant de monter à sa capacité nominale de 50 millions de tonnes annuelles. Swakop Uranium est une filiale de la hongkongaise Taurus Minerals, elle-même contrôlée par la China General Nuclear Power Corporation (CGNPC). On trouve également, à son capital, le fond de développement sino-africain (CADFund) et la compagnie minière publique Epangelo.

L’échec d’Areva à Trekkopje

Le sous-sol de la Namibie renferme les 6e réserves mondiales d’uranium (6%), juste derrière le Niger. Le pays est également, en 2015, le 6e producteur mondial de minerai d’uranium, avec 2993 tonnes d’uranium contenu, selon la World Nuclear Association. Deux autres mines majeures y sont exploitées (Rössing et Langer Heinrich). Areva espérait y exploiter la mine de Trekkopje, un ancien actif d’Uramin, où le groupe français a investi 835 millions d’euros pour une production minime.

L’entrée en production de Husab devrait aider la Namibie à réduire son déficit budgétaire, affirme BMI research (groupe Fitch) et participer à regonfler sa croissance. Tombée à 2,5% selon le FMI, celle-ci devrait rebondir à plus de 5% en 2017 grâce au secteur minier. La Namibie est également le premier producteur mondial de diamants extraits des fonds marins.

Myrtille Delamarche / usinenouvelle.com

Aller en haut