samedi 19 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / La pandémie de coronavirus a favorisé l’augmentation des attaques sur internet

La pandémie de coronavirus a favorisé l’augmentation des attaques sur internet

La pandémie de coronavirus a favorisé l’augmentation des attaques sur internet

La pandémie de coronavirus a mis une partie de l’économie mondiale à genoux, mais pas les cybercriminels. Elle a au contraire favorisé l’augmentation des attaques sur internet dans la cinquantaine de pays qui a répondu à l’enquête d’Interpol. Et l’organisation met en garde de plus en plus gouvernements et institutions sanitaires sont pris pour cibles. Mais, à quoi ressemblent ces attaques ?

907 000 spams, 737 incidents causés par des logiciels malveillants et 48 000 liens URL nuisibles, « tous liés au coronavirus ». Voilà le bilan de la période allant de janvier à avril.

Si l’on parvient à ces chiffres, c’est, selon Jürgen Stock, le secrétaire général d’Interpol, parce que les cybercriminels exploitent « la peur et l’incertitude causées par la situation économique et sociale ».

Dans près des deux-tiers des pays ayant participé à l’étude, des malfaiteurs se sont fait passer pour des « gouvernements ou des autorités sanitaires » pour escroquer ou hammeçonner et récupérer des données personnelles.

La deuxième technique la plus dénoncée est la diffusion de logiciels malveillants avec demande de rançon. Et le choix des cibles a évolué. Le nombre d’attaques qui désorganisent les infrastructures sanitaires pour ensuite leur demander une rançon, s’est accru, notamment dans la première moitié d’avril.

Sur la troisième marche du podium : l’enregistrement de noms de domaines comprenant des mots clefs tels que « coronavirus » ou « Covid », les internautes en quête de matériel médical ou tout simplement d’information sur le coronavirus sont leurrés et leurs données personnelles en danger.

Une inventivité qui trouve d’autant plus d’écho que, comme le souligne Interpol, la dépendance grandissante au web crée de nouvelles opportunités.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut