Accueil / International / La pénurie de camionneurs, phénomène structurel aux Etats-Unis

La pénurie de camionneurs, phénomène structurel aux Etats-Unis

La pénurie de camionneurs, phénomène structurel aux Etats-Unis

L’économie américaine est handicapée par un manque criant de chauffeurs. Les Etats-Unis auraient besoin d’un million de nouveaux camionneurs au cours des quinze prochaines années. La pénurie est due notamment au vieillissement démographique, un « turnover » élevé et la bien moindre attractivité du secteur.

« La pénurie de chauffeurs en Amérique frappe » (« Fortune ») ; « La sévère pénurie de camionneurs en Amérique pourrait saper la prospérité de l’économie » (« The Washington Post ») ; « La pénurie massive de camionneurs en Amérique pourrait tripler d’ici à 2026 selon les experts » (« TheStreet ») ; « Les pressions de la pénurie de camionneurs en Amérique s’étendent à la restauration » (Forbes) ; « Pourquoi la pénurie de transport routier va vous coûter » (Bloomberg) ; « La pénurie de camionneurs contraint l’essor des champs pétroliers du Texas » (« Houston Chronicle »)… : Au vu de son abondante couverture par la presse américaine ces derniers mois, la pénurie de chauffeurs routiers aux Etats-Unis est clairement devenue un sujet national.

70 % du trafic fret

Et pour cause, le transport par camion y représentait plus de 70 % du trafic fret l’an dernier, générant 719 milliards de dollars de revenus. En outre, alors même que l’activité n’a jamais été aussi soutenue, nul n’échappe aux ruptures de la chaîne logistique, y compris le géant Amazon, avec à la clef, un renchérissement du coût du transport. De fait, il faudrait à minima quelque 60.000 chauffeurs afin de répondre à une demande soutenue, ce nombre pouvant dépasser les 100.000, d’après l’analyste Kevin Sterling de Seaport Global Securities interrogé par « TheStreet », un média en ligne destiné aux investisseurs. Selon l’organisation mondiale du transport routier (IRU), les Etats-Unis auraient carrément besoin d’un million de nouveaux chauffeurs au cours des quinze prochaines années…

Difficulté à attirer les jeunes

Ce phénomène de pénurie massive, qui a été momentanément masqué par la crise de la fin des années 2000 et par la suite par la reprise de l’économie américaine, était en réalité perceptible depuis quelque temps, selon les experts ou professionnels du secteur. Tandis que la croissance économique et le développement du commerce électronique tirent la demande, le temps de travail des camionneurs a été réduit. En outre, le transport routier n’échappe pas à une tendance démographique forte, pour ne pas dire structurante, à savoir le vieillissement de sa population active. La part somme toute limitée des 20-34 ans (20 %) s’explique aussi par une limitation réglementaire, le trafic longue distance en dehors des états étant autorisé à partir de 21 ans.

Davantage de « diversité »

Pour autant, le secteur, sujet à un taux de rotation des effectifs très élevé (environ 90 %), peine à séduire les nouvelles générations, bien plus attentives à leur vie personnelle. Les sociétés de transport ayant beau tenter de gagner en attractivité en augmentant les salaires – le salaire médian des camionneurs américains a crû de 15 % entre 2013 et 2017 -, les secteurs de la construction et de l’industrie devraient continuer à davantage séduire les chauffeurs sur un marché du travail tendu.

Au-delà de mesures de revalorisation sociale, de l’innovation technologique susceptible de séduire les jeunes, l’IRU pousse d’autres solutions pour le moins sensibles dans l’Amérique de Trump. Pour l’organisation internationale, le traitement de cette pénurie de chauffeurs a priori durable implique davantage de « diversité » dans un secteur dominé par « les mâles blancs ». Au passage, elle souligne qu’il compte « seulement » 6 % de femmes. L’IRU rappelle aussi que dans le passé des situations de pénuries avaient été « partiellement » traitées par l’immigration…

Au-delà des Etats-Unis, ce manque criant de camionneurs est plus globalement un phénomène planétaire. Selon l’IRU, le Brésil, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Inde et l’Afrique du Sud sont également concernés.

Christophe Palierse
lesechos

Aller en haut