mercredi 23 octobre 2019
Accueil / Tic & Telecoms / La PlayStation 5 pour Noël 2020 : ray-tracing hardware, manette haptique, Blu-ray… Sony en dit plus

La PlayStation 5 pour Noël 2020 : ray-tracing hardware, manette haptique, Blu-ray… Sony en dit plus

La PlayStation 5 pour Noël 2020 : ray-tracing hardware, manette haptique, Blu-ray… Sony en dit plus

La prochaine console de salon de Sony s’appellera bien PlayStation 5 et sortira en fin d’année 2020 avec une nouvelle manette disposant d’une technologie haptique, selon un communiqué officiel de la marque.

Si l’on connaît déjà depuis le printemps une bonne partie de ce que nous réserve la PlayStation 5 en matière d’architecture hardware et donc de performances, il reste encore plusieurs zones d’ombre que Sony prend soin de ne révéler qu’au compte-goutte. Cela pouvait ainsi paraître évident, mais le nom de la console n’avait pas encore été officialisé jusque-là. Point d’originalité à attendre — contrairement sans doute au nom de la prochaine Xbox —, il faudra bel et bien l’appeler « PlayStation 5 » ou « PS5 ».

La PS5 sous le sapin en 2020

C’est en effet par le biais d’un message sur le blog PlayStation que Jim Ryan, le président de Sony Interactive Entertainment, a officialisé ce nom qui ne surprendra donc personne. Il indique au passage que la PlayStation 5 sortira en 2020 et plus précisément « à temps pour les fêtes de fin d’année« , soit dans plus d’un an et 7 ans après le lancement de la PlayStation 4 (15 novembre au Japon et aux États-Unis, 29 novembre en Europe). La date précise reste à déterminer, mais il reste encore bien assez de temps à Sony pour le faire.

Du ray-tracing hardware comme sur Xbox Scarlett

Par ce billet de blog, Jim Ryan nous invite à consulter un article de Wired qui a une fois de plus eu la primeur de nouvelles informations sur la PS5. On apprend ainsi dans les colonnes du magazine américain que le rendu en ray-tracing que proposera la console sera opéré directement en hardware par le GPU. Le contraire eût été étonnant, dans la mesure où la Xbox Scarlett qui se base sur une architecture similaire en bénéficiera elle aussi. De quoi rassurer quant aux performances de cette solution sur la prochaine génération de consoles de salon.

La puce de la PS5, comme celle de la future Xbox Scarlett, pourrait se baser sur l'architecture RDNA d'AMD, supportant le ray-tracing.© AMD

La puce de la PS5, comme celle de la future Xbox Scarlett, pourrait se baser sur l’architecture RDNA d’AMD, supportant le ray-tracing.© AMD

Moins d’espace disque gaspillé grâce au SSD

Il est également question une nouvelle fois du SSD intégré qui permettra de réduire sensiblement les temps de chargement des jeux. Le responsable technique de la PS5, Mark Cerny, a ainsi expliqué à nos confrères américains que celui-ci évitera la redondance d’informations sur le disque, mise en place par les développeurs pour gagner quelques millisecondes dans la lecture des données de jeux. De quoi économiser de l’espace de stockage et laisser ainsi plus de possibilités aux développeurs pour enrichir les environnements de leurs jeux, ou tout simplement — mais moins probablement — limiter la place que ceux-ci occuperont sur le SSD (dont la capacité n’est pas encore connue). Sachant que les disques optiques Blu-ray de la PS5 (qui pourra aussi lire les Blu-ray 4K Ultra HD) atteindront pour leur part 100 Go, on suppose tout de même que le SSD pourra être vite rempli !

À ce sujet, Mark Cerny se veut toutefois rassurant, indiquant qu’il sera possible sur PS5 de n’installer qu’une partie d’un jeu. De quoi, par exemple, effacer sa campagne solo une fois terminée, pour ensuite installer sa partie multijoueur. Espérons que les développeurs de jeux sauront être raisonnables sur le volume de leurs jeux, puisqu’on se souvient encore des 105 Go demandés par Red Dead Redemption 2.

Une manette à technologie haptique et « gâchettes adaptatives »

Puisqu’une console n’est rien sans une bonne manette de jeu, Sony a aussi jugé qu’il était temps de parler un peu de sa prochaine DualShock — qui devrait logiquement s’appeler DualShock 5, bien que son nom ne soit pas encore officialisé. D’apparence très proche de la DualShock 4 pour le moment, mais plus lourde (moins qu’une manette de Xbox One avec ses 2 piles néanmoins, d’après Cerny), la manette de la PlayStation 5 fournie — récemment aux développeurs — introduit des « gâchettes adaptatives ». Comprendre par là qu’elles intègreront de petits moteurs, comme celles des manettes Xbox One. De quoi faire ressentir plus finement certaines actions dans les jeux, par exemple du tir à l’arc ou le déclenchement d’une mitrailleuse.

La prochaine DualShock sera aussi dotée d’une technologie de retour haptique remplaçant les vibrations habituelles. Technologie que l’on trouve d’ailleurs aussi dans les Joy-Con de la Switch, dans le Steam Controller, mais aussi dans les Oculus Touch, par exemple. Plutôt que des moteurs, ce sont des actionneurs à bobine mobile (« voice-coil actuators« , en anglais) programmables qui sont intégrés dans les poignées.

Les petits actuateurs de la DualShock 5 pourraient ressembler à ceux présents dans les Joy-Con de la Switch, ici photographiés par iFixit lors d'un démontage. © iFixit

Les petits actuateurs de la DualShock 5 pourraient ressembler à ceux présents dans les Joy-Con de la Switch, ici photographiés par iFixit lors d’un démontage. © iFixit

Ceux-ci permettent notamment de retranscrire assez finement les surfaces dans les jeux. Wired a ainsi pu essayer une version spéciale du jeu Astro Bot Rescue Mission, dans lequel ils pouvaient ressentir des déplacements du personnage différents selon qu’il évolue dans la neige, sur le sable, la glace ou les planches d’un pont, ou bien lorsqu’il saute dans l’eau. Des sensations similaires expérimentées ensuite par le journaliste de Wired dans une course de rallye de Gran Turismo Sport : lorsque la voiture a deux roues sur la piste et deux autres dans la boue, chaque gâchette retranscrivant alors le terrain avec sensation différente.

Une interface remaniée

En matière d’interface aussi, la PS5 promet du nouveau, notamment en ce qui concerne l’accès aux informations. On verra ainsi directement sur le menu principal quelle activité proposera chaque jeu (en solo comme en multijoueur), afin d’éviter d’avoir à lancer chacun d’entre eux pour le vérifier. Pratique également pour rejoindre ses amis plus rapidement dans un jeu.

Le design du dev kit confirmé

Précisons pour finir que le fameux visuel de PlayStation 5 repéré dans un brevet correspondrait bien au kit de développement que les développeurs ont actuellement entre les mains. Nos confrères néerlandais de LetsGoDigital en ont fait un superbe rendu 3D que vous pouvez admirer ci-dessous. Rien ne dit cependant que la version commerciale de la console ressemblera un tant soit peu à ce dev kit (c’est même rarement le cas), mais cela peut donner une première idée de son gabarit ou du système de refroidissement que pourrait adopter la PS5. À plus d’un an de sa sortie, nous avons bien le temps d’en apprendre plus à ce sujet.

lesnumeriques

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut