Accueil / Finances / La RD Congo fait un grand bond en matière de facilitation d’accès au crédit

La RD Congo fait un grand bond en matière de facilitation d’accès au crédit

La RD Congo fait un grand bond en matière de facilitation d’accès au crédit

La République Démocratique du Congo (RDC), a pris une décision qui pourrait transformer l’univers du marché du crédit bancaire dans le pays, a-t-on appris de sources officielles. Intervenant dans le cadre d’une conférence de presse, Jules Bondombe Assango, le vice-gouverneur de la Banque Centrale, a annoncé qu’il sera désormais accordée une exonération de 50% sur la valeur des contreparties à prendre en compte dans le noyau dur des fonds propres d’une banque, pour tout accord de prêt garanti par l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (AACA).

Cette décision devrait permettre aux banques de RDC, d’accroître le volume des prêts accordés à leurs client. Une situation qui devrait encourager des groupes bancaires transfrontaliers africains, mais aussi des multinationales étrangères du secteur, à se lancer sur ce marché. L’AACA, pour sa part, salue l’aboutissement positif d’un des processus de négociations qu’elle entamé sur la garantie du risque crédit, avec plusieurs pays et regroupements régionaux d’Afrique.

Le niveau des ratios prudentiels dans plusieurs d’Afrique francophones notamment, est un défi pour l’ambition des banques commerciales qui veulent prêter davantage à l’économie. Certaines régulations exigent que l’encours total des crédits accordés, soient adossé sur des fonds propres équivalent à au moins à 12% de la valeur de ces prêt. Dans un continent où le marché du crédit tend à se développer, de nombreuses banques ont dû procéder au renforcement de leurs fonds propres, afin de soutenir leurs objectifs d’octroi de crédit ou ceux de leurs filiales.

Bien qu’ayant évolué positivement, les ratios prudentiels restent encore assez élevés en RDC, car la mesure de la Banque centrale permet de ramener le volume de fonds propres requis de 24,2% à 12,2%, un niveau qui est encore élevé et qui est conditionné par la souscription d’une assurance crédit. Pour ce pays cependant, cela devrait constituer un important effet de levier sur le marché du prêt.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut