Accueil / Bourse / La semaine à wall street

La semaine à wall street

La semaine à wall street

Dans l’expectative

Désormais rassurée sur la Grèce et à des niveaux record, Wall Street se prépare à attaquer un agenda économique chargé aux Etats-Unis la semaine prochaine, entre une salve d’indicateurs et une audition de la présidente de la Réserve fédérale (Fed).

Au cours des cinq dernières séances, l’indice Dow Jones Industrial Average a gagné 0,67% à 18.140,44 points, un nouveau sommet historique.

Le Standard & Poor’s 500, un indice élargi très surveillé par les investisseurs, a pris 0,63% à 2110,30 points, également un nouveau plus haut.

Dopé par la bonne tenue du géant informatique Apple et du secteur des biotechnologies, le Nasdaq, à dominante technologique, a nettement distancé ses concurrents généralistes, terminant en hausse de 1,27%, à 4955,97 points. Il n’a jamais été aussi près depuis 15 ans du seuil des 5000 points brièvement dépassé en mars 2000, en pleine bulle internet.

Rien d’étonnant à cela selon Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services, puisque «la semaine dernière, les investisseurs ont remis du risque dans leurs portefeuilles», notamment dans les «secteurs à forte croissance représentés dans le Nasdaq» après de bons résultats trimestriels dans la technologie.

Forte de cet optimisme, encore renforcé vendredi soir par un accord très attendu entre la Grèce et la zone euro sur son financement, Wall Street «se tourne maintenant vers les chiffres économiques et le message de politique monétaire de (Janet) Yellen lors son audition au Congrès», estime Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

«Ce sera intéressant» de voir comment «elle pourrait se saisir de cette opportunité pour tenter de dissiper le malentendu sur la teneur prétendument prudente de son message dans les minutes» de la dernière réunion monétaire de la Fed, publiées cette semaine, estime Art Hogan, de Wunderlich Securities. En effet, «les chiffres économiques, et surtout le rapport sur l’emploi, se sont avérés bien meilleurs» depuis cette dernière rencontre, souligne-t-il. Mme Yellen pourrait ainsi montrer que l’institution «n’est pas aussi prudente qu’on le croit et qu’elle continue à lier son action à l’évolution des indicateurs».

agefi.com

Aller en haut