Accueil / Finances / LA SEMAINE PROCHAINE: La BoE entre en scène avant le grand rendez-vous de la Fed

LA SEMAINE PROCHAINE: La BoE entre en scène avant le grand rendez-vous de la Fed

LA SEMAINE PROCHAINE: La BoE entre en scène avant le grand rendez-vous de la Fed

PARIS (Dow Jones)–Après la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) et avant le grand-rendez de la Réserve fédérale le 21 septembre, les investisseurs auront droit à un agenda allégé la semaine prochaine, marqué néanmoins par la décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre (BoE).

L’été a été étonnamment calme sur les marchés après la tempête liée au référendum sur le Brexit fin juin. La communication et les actions des banques centrales, en particulier de la BoE, expliquent en partie cette relative quiétude. Lors de sa dernière réunion en août, la Banque d’Angleterre a abaissé son principal taux directeur à un nouveau point bas historique et a lancé un vaste ensemble de mesures destinées à stimuler l’économie britannique.

Dans le même temps, les premiers signes de ralentissement qui ont suivi le référendum au Royaume-Uni ont fait place à des indicateurs nettement plus encourageants par la suite, qui ont rassuré sur l’état de santé de l’économie locale. De fait, peu d’analystes et gérants s’attendent à une nouvelle action de la BoE jeudi.

“Il est trop tôt pour de nouvelles mesures”, estiment ainsi les économistes d’Investec, qui anticipent un maintien du principal taux d’intérêt à 0,25% et du niveau de rachat d’actifs à 435 milliards de livres. En revanche, une nouvelle action de la BoE est largement attendue en novembre. Les conséquences économiques et politiques à long terme du Brexit restent encore difficiles, voire impossibles, à évaluer.

Le calme avant la tempête ?

Au-delà du Brexit, le calme actuel des marchés interpelle face à la multitude de risques qui se présenteront cet automne. Plusieurs scrutins majeurs auront lieu en Italie et aux Etats-Unis, tandis que l’incertitude politique persiste en Espagne. La santé de l’économie du Portugal et des banques italiennes suscite toujours des craintes parmi les opérateurs. “De plus, l’activité économique mondiale et le commerce mondial restent encore peu dynamiques”, notent les analystes d’Aurel BGC. Sans compter l’incertitude sur le resserrement monétaire aux Etats-Unis.

Vendredi, la revue de la note souveraine du Portugal par Standard and Poor’s, pourrait remettre l’accent sur le risque politique en zone euro. L’agence a actuellement une notation à “BB” assortie d’une perspective stable. Le même jour, Moody’s passera sous revue sa note de la France (“Aa2″).

Sur le front des entreprises, quelques annonces sont attendues à Paris, avec les résultats d’Hermès et Zodiac, et la présentation du nouveau plan stratégique de Korian.

 

-Blandine Hénault, Dow Jones

 

lesechos.fr

Aller en haut