Accueil / Développement / La Tanzanie exhorte la Chine à réduire sa demande en ivoire

La Tanzanie exhorte la Chine à réduire sa demande en ivoire

La Tanzanie exhorte la Chine à réduire sa demande en ivoire

La Tanzanie a exhorté la Chine et la communauté internationale à réduire sa demande en ivoire, ses populations d’éléphants ayant enregistré un déclin important ces dernières années à cause du braconnage.

Un ministre du gouvernement de Tanzanie a qualifié le braconnage des éléphants jeudi de catastrophe nationale, et a demandé à la Chine de réduire sa demande en ivoire.

La population d’éléphants de ce pays d’Afrique de l’Est est passée de 110 000 en 2009 à un peu moins de 43 000 en 2014, une chute de 60% d’après un recensement publié au cours du mois, les groupes de protection de l’environnement accusant le braconnage à échelle industrielle.

« Nous appelons la communauté internationale et en premier lieu la Chine à mettre fin à son appétit pour l’ivoire » a déclaré Lazaro Nyalandu, ministre des ressources naturelles et du tourisme de la Tanzanie, lors du lancement d’une campagne de sensibilisation contre le braconnage.

afrique-grand

   Nous appelons la communauté internationale et en premier lieu la Chine à mettre fin à son appétit pour l’ivoire

La demande en ivoire des économies asiatiques à croissance rapide comme la Chine et le Vietnam, où l’ivoire est transformé en bijoux et en objets de décoration, a conduit à un pic de braconnage dans toute l’Afrique.

La Chine, principal consommateur mondial de défenses d’éléphants, a annoncé en février une interdiction d’un an sur l’importation d’objets en ivoire africain, mais les écologistes ont déclaré que la corruption alimentait le braconnage en Tanzanie.

« Le commerce illégal de l’ivoire en Tanzanie continue à un rythme toujours aussi intense malgré les alertes répétées et la preuve irréfutable de l’ampleur du phénomène » a déclaré Mary Rice, directrice exécutive de l’Agence d’Investigation Environnementale, un groupe basé à Londres.

« La corruption chronique en Tanzanie tout au long de la chaîne commerciale et particulièrement dans les points de sortie et les ports est un élément clé de ce commerce ».

Lazaro Nyalandu a déclaré que les rangers de Tanzanie étaient dépassés par l’échelle du braconnage, bien qu’il ait aussi déclaré qu’il y avait des suggestions selon lesquelles la migration des animaux pourrait aussi avoir son rôle à jouer dans le déclin des populations dans certains parcs nationaux.

« Nous avons demandé qu’un nouveau recensement des éléphants soit mené en août pour valider les résultats de cette dernière étude » a-t-il déclaré.

Lazaro Nyalandu a déclaré que le braconnage dans les parcs à safari menaçait l’industrie du tourisme, essentielle pour l’économie de la Tanzanie.

Sandra BESSON
actualites-news-environnement.com

Aller en haut