Accueil / Tic & Telecoms / La technologie française de puces FD-SOI trouve sa première application grand public

La technologie française de puces FD-SOI trouve sa première application grand public

La technologie française de puces FD-SOI trouve sa première application grand public

La montre connectée Amazfit, lancée par le chinois Huami, embarque un circuit GPS construit sur substrat de silicium sur isolant FD-SOI. Elle offre la première application visible à cette technologie développée en France notamment par Soitec, STMicroelectronics et le CEA-Leti.

Enfin une première application grand public pour la technologie française de puces électroniques FD-SOI. Il s’agit de la montre intelligente de sport Amazfit, lancée en Chine par Huami, partenaire de Xiaomi dans les objets connectés à porter sur soi (wearables). Elle embarque une puce GPS de Sony construite, non pas sur du silicium massif, mais sur un substrat FD-SOI, un sandwich de silicium sur isolant de dernière génération fourni par la société iséroise Soitec. Le circuit est fabriqué avec un procédé en gravure de 28 nanomètres de STMicroelectronics.

2 à 5 fois plus d’autonomie

La technologie FD-SOI (Fully depleted silicon on insulator) a été développée dans l’écosystème de Grenoble, notamment par Soitec, STMicroelectronics et le CEA-Leti, comme alternative à la technologie FinFET de transistors 3D, dans la course à la Loi de Moore. Elle offre l’avantage de réduire la consommation et d’améliorer les performances, sans grandes modifications de la conception et de la fabrication. Bien qu’elle soit disponible depuis 2012, elle restait jusqu’ici cachée dans quelques applications d’infrastructure comme des équipements de réseaux chez Cisco ou Ciena. La montre de Huami la rend visible pour la première fois dans une application grand public.

La technologie FD-SOI lui confère un niveau d’efficacité énergétique record. Selon Huami, la montre Amazfit offre une autonomie de 35 heures avec le mode GPS activé, deux à cinq fois supérieure à celle des montres semblables disponibles jusqu’ici sur le marché. Selon les informations de Sony, la puce GPS consomme moins de 1,5 mW, contre environ 10 mW pour les circuits GPS classiques.

Feuille de route claire

Pour Soitec, ce lancement marque un tournant dans le développement de la technologie FD-SOI. Il devrait inciter tous les constructeurs de smartphones, drones, montres et autres objets connectés à envisager son utilisation pour la fonction GPS intégrée. L’horizon s’éclaircit puisque la technologie est soutenue par STMicroelectronics, Samsung et GlobalFoundries, et qu’elle bénéficie désormais d’une feuille de route claire avec une évolution chez GlobalFoundries vers les 22 nanomètres cette année et les 12 nanomètres en 2019.

Ridha Loukil / usine-digitale.fr

Aller en haut