mardi 01 décembre 2020
Accueil / Bourse / La valeur du top 100 des banques africaines cotées a baissé de 39 milliards $

La valeur du top 100 des banques africaines cotées a baissé de 39 milliards $

La valeur du top 100 des banques africaines cotées a baissé de 39 milliards $

La valeur boursière du top 100 des banques cotées sur les bourses africaines a reculé de 39 milliards $. Cela traduit un sentiment d’inquiétude des investisseurs. La publication des performances du premier semestre 2020 apportera plus d’éléments d’analyse.

La valeur boursière des 100 banques et groupes bancaires cotés sur les marchés financiers les plus valorisés d’Afrique, a reculé de 39 milliards $ entre le premier janvier et le 23 juillet 2020, a appris l’Agence Ecofin des données collectées sur les performances de ces entreprises. 90% des banques concernées qui ont été examinées sur la période ont vu leurs valeurs reculer.

A l’échelle du monde, 96 des 100 banques cotées les plus valorisées ont vu leurs valeurs reculer. Cependant, la perte à l’échelle mondiale de 1440,6 milliards ne représente que 24% de la capitalisation boursière au 1er janvier 2020, alors que les pertes des banques africaines représentent 30%.

Les plus grandes perdantes en Afrique sont aussi les banques les plus valorisées. Le sud-africain FirstRand Group vient ainsi en tête avec une perte de 7,8 milliards $ de valeurs boursières. Il est suivi de Standard Bank Group (-5,6 milliards $).

Au total, les banques sud-africaines constituent l’essentiel de ces pertes avec un total de 38 milliards $ de valeurs boursières perdues pour celles qui sont dans le top 10. Viennent ensuite les grands groupes bancaires marocains (Attijariwafa, Bank of Africa, et Banque Centrale populaire), qui ont fait perdre à leurs investisseurs 16,2 milliards $ de valeurs.

Les banques sud-africaines affichent les plus grosses pertes en raison d’une forte présence dans leur actionnariat d’investisseurs institutionnels étrangers qui sont très sensibles aux variations de risque. Or la situation économique en Afrique du Sud s’est fortement dégradée. Déjà avant la covid-19, les banques du pays faisaient face à un repli des activités, et la hausse de l’endettement. Ces défis se sont accrus avec l’arrivée de la pandémie.

Dans cette ambiance de mauvaises nouvelles, quelques banques ont vu leurs valeurs boursières progresser. Sur ce point, la banque la plus performante est CRDB Group qui est cotée en Tanzanie sur le Dar es Salam Stock Exchange. Elle a gagné 50 millions $ de valeurs sur la période.

Viennent ensuite trois banques cotées sur le Malawi Stock Exchange, qui ont gagné collectivement 71 millions $ de plus-values. Une banque francophone fait partie des meilleurs performeurs, c’est Bank of Africa Mali cotée sur la Bourse d’Abidjan, et dont la valeur a progressé de 2,4 millions $.

1 TOP

(Source: S&P Capital IQ, Calculs Agence Ecofin)

La publication des résultats du deuxième trimestre et ceux du premier semestre 2020 a déjà commencé. Les données fournies par les sociétés financières et les entreprises non financières permettront d’avoir un meilleur aperçu de la situation des banques.

Une hausse des provisions pour risques sur les crédits sera un indicateur de stress. De même, une baisse de la trésorerie des entreprises non financières, couplé à une baisse des revenus sera aussi un risque de non-remboursement des échéances.

Avec l’Institute for International Finance (IIF), on relève que le poids de la dette des sociétés non financières sur le produit intérieur brut de 5 économies majeures en Afrique (Kenya, Ghana, Egypte, Afrique du Sud et Nigeria), a été en baisse pour chacune d’elles au cours du premier trimestre 2020. Mais on ignore comment s’est passé le second trimestre, lorsqu’ont été décrétés les confinements.

agencecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut