Accueil / Mines & Energies / L’AFD et la BAD s’allient autour de l’énergie solaire au Burkina

L’AFD et la BAD s’allient autour de l’énergie solaire au Burkina

L’AFD et la BAD s’allient autour de l’énergie solaire au Burkina

Une énergie propre, suffisante et peu coûteuse, c’est le nouveau défi de l’Agence française de développement et la Banque africaine de développement BAD au Burkina Faso. Cet ambitieux programme qui commence à germer devra attendre 2019.

A LIRE AUSSI...
  A l’image d’autres pays de la sous-région, le Burkina Faso veut se faire une place au soleil. Dès 2019, le pays de l’Afrique de l’ouest va se lancer dans un ambitieux programme d’énergie solaire avec le soutien de l’Agence française de développement (AFD) et la Banque africaine de développement BAD.

650.000 ménages visés

Les deux institutions financières ont pris l’engagement de construire « de grandes centrales solaires de 10 MW et plus, à développer sur les sites situés à proximité des lignes hautes tension et de mini centrales solaires à l’Est, au Sud-ouest et au Sahel », a appris APA ce lundi 19 juin.

L’AFD et la BAD ont également pris l’engagement de mobiliser les fonds nécessaires pour financer les études préliminaires du projet. Les résultats sont attendus en 2018, soit une année avant le lancement des travaux des centrales solaires qui seront installées dans plusieurs localités du pays. Dans un premier temps, l’objectif est de permettre à plus de 650.000 ménages d’accéder à l’énergie électrique.

Cinq centrales solaires d’ici 2020
Cet « ambitieux » programme matérialise l’un des objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES) initié par le gouvernement burkinabé. Le plan, étalé sur la période 2016-2020, ambitionne de construire au Burkina Faso cinq centrales solaires photovoltaïques d’une puissance cumulée de 80 mégawatts-crête dans les quatre années à venir. Le programme a d’ailleurs débuté au mois de juin 2016 avec le lancement des travaux de la centrale solaire de Zagoutli. S’étalant sur 60 hectares et avec ses 130.000 panneaux photovoltaïques, elle devrait fournir 55 GWh chaque année à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

A terme, les populations, notamment celles vivant dans les zones rurales, pourront accéder facilement à l’électricité peu coûteuse. Et parallèlement, le Burkina Faso verra ses sources énergétiques se diversifier.

La Tribune Afrique
Khadim Mbaye

Aller en haut