Accueil / Développement / L’Afrique de l’Ouest et centrale face au défi de l’interconnexion des administrations douanières

L’Afrique de l’Ouest et centrale face au défi de l’interconnexion des administrations douanières

L’Afrique de l’Ouest et centrale face au défi de l’interconnexion des administrations douanières

L’interconnexion des administrations douanières, notamment dans le cadre d’échanges de données, est le grand défi à relever pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, a soutenu mercredi, à Dakar, le directeur de la législation et de la coopération internationale de la Direction générale des douanes de Mauritanie, Nasser Mohamed.

A LIRE AUSSI...
Nasser Mohamed, qui s’exprimait en marge de la cérémonie d’ouverture de la 22e Conférence des directeurs généraux des douanes de l’Afrique de l’Ouest et centrale, a estimé que les douanes doivent jouer un rôle “de plus en plus grand” dans l’intégration régionale, parce qu’elles sont d’abord situées au niveau des frontières. “Les douanes ne sont pas là pour séparer les pays et les peuples, mais pour faciliter l’accès de part et d’autre des frontières ainsi que les échanges. Donc, leur rôle est de plus en plus grand dans cette intégration régionale”, a-t-il souligné.

Selon M. Mohamed, même si les systèmes sont différents, la compatibilité des systèmes informatiques et une volonté politique “sont plus que jamais nécessaires”. “Il faut que les administrations douanières préparent les préalables pour cette interconnexion”, a-t-il ajouté. Il a relevé à cet égard que “l’humanité n’ayant pas de frontières, il ne doit pas y avoir de frein aux échanges. On doit pouvoir échanger des données et avoir accès aux informations de part et d’autre”.

De son côté, le directeur général des douanes du Sénégal, Papa Ousmane Gueye, a suggéré que la rencontre de Dakar soit “une véritable force de propositions et d’actions” au regard des enjeux actuels. Ces enjeux tournent autour de la modernisation des administrations douanières, d’une meilleure mobilisation des recettes au profit des budgets nationaux et d’une recherche plus efficiente de la sécurisation de la chaîne logistique internationale.

S’agissant particulièrement de la modernisation douanière, il a insisté sur la nécessité de doter les administrations douanières d’outils informatiques performants et interconnectés. Pour lui, cela permettra de donner corps à un contenu réel, et à l’émergence d’une économie numérique résiliente, adaptée aux préoccupations et attentes du monde des affaires.

Il a par ailleurs affirmé que les douaniers doivent être tenus au courant des différentes problématiques actuelles liées au développement du commerce, à l’amélioration de l’environnement des affaires et à la lutte contre la cybercriminalité ou la criminalité transnationale organisée.

La construction en cours de la zone de libre-échange continentale avec, comme corollaire, l’institution d’un prélèvement communautaire continental de 0,2% et l’élaboration de règles d’origine commune, interpellent, selon M. Gueye, l’Organisation mondiale des douanes (OMD) pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.

La 22e Conférence des directeurs généraux des douanes de l’Afrique de l’Ouest et centrale regroupe les autorités douanières des 23 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale.

DAKAR, 26 avril (Xinhua)

Aller en haut