Accueil / Développement / L’Afrique devrait développer les industries à forte demande de main d’oeuvre (Afreximbank)

L’Afrique devrait développer les industries à forte demande de main d’oeuvre (Afreximbank)

L’Afrique devrait développer les industries à forte demande de main d’oeuvre (Afreximbank)

La banque africaine d’exportation-importation (Afreximbank) a appelé les pays africains à développer des industries à forte demande de main d’oeuvre et à fournir des infrastructures logistiques et de transport efficaces des usines jusqu’aux ports afin de devenir des acteurs industriels compétitifs au niveau mondial.

Benedict Oramah, président de la banque, a déclaré récemment que des rapports montrent que les industries africaines sont souvent plus compétitives que celles d’Asie au niveau des usines mais que cet avantage se perd une fois que les marchandises sortent des usines pour être acheminées aux ports à cause des coûts élevés de logistiques et de transports.

“La main d’oeuvre est compétitive en Afrique mais n’est pas un atout négociable. A ce niveau, il pourrait bien être meilleur d’importer des tissus et de les transformer en vêtements ou de produire et d’assembler d’autres marchandises de l’industrie légère à forte demande de main d’oeuvre que de transformer des matières premières de telle sorte que cela ne permettrait pas à l’Afrique d’être compétitive au niveau mondial”, a-t-il expliqué lors du Forum 2017 des PDG d’Afrique à Genève en Suisse.

D’après lui, les gouvernements africains devraient soutenir la compétitivité des industries locales en réduisant le fossé des infrastructures, et les entreprises africaines devraient analyser les chaînes de valeur industrielles mondiales et mettre en place des activités dans les domaines leur permettant de déployer l’avantage compétitif de l’Afrique qui favorise actuellement les industries à forte demande de main d’oeuvre.

Il a cependant découragé le protectionnisme, expliquant qu’une telle approche ne servirait pas les intérêts des économies africaines car elle pourrait entraver la création de chaînes de valeur régionales et jouer contre la croissance des entreprises locales.

LUSAKA, 27 mars (Xinhua)

Aller en haut