lundi 13 juillet 2020
Accueil / Développement / L’Afrique écrasée par les dettes, les experts s’inquiètent

L’Afrique écrasée par les dettes, les experts s’inquiètent

L’Afrique écrasée par les dettes, les experts s’inquiètent

Depuis de nombreuses années, des préoccupations ont été exprimées concernant le rythme auquel les pays africains empruntent de l’argent pour soutenir leur économie.

closevolume_off
Selon les experts, l’Afrique emprunte de façon excessive et accumule une dette pour les générations futures.

En janvier de cette année, la Banque africaine de développement a révélé que l’encours total de la dette de l’Afrique, tant extérieure qu’intérieure, s’élevait à 500 milliards de dollars.

Le président de la BAD, le Dr Akinwumi Adesina, a déclaré lors d’une présentation à l’occasion des Perspectives économiques africaines 2020 à Abidjan que la dette médiane par rapport au produit intérieur brut (PIB) était passée de 38 % en 2008 à 54 % en 2018.

Il avait souligné que des mesures doivent être prises pour s’attaquer à la hausse des niveaux d’endettement.

L’avis des experts

Selon certains experts financiers africains, le problème n’est pas l’augmentation des niveaux d’emprunt des pays africains, mais plutôt le montant qu’ils paient pour ce qu’ils empruntent.

D’après un article publié sur The Conversation et rédigé par Misheck Mutize, professeur de finance à la Graduate School of Business (GSB) de l’Université du Cap, « Une grande partie de cette dette est contractée par le biais d’euro-obligations libellées en devises étrangères et émises sur les marchés financiers internationaux. La valeur totale des euro-obligations émises entre 2018 et 2019 était supérieure à la valeur de toutes les obligations vendues entre 2003 et 2016. »

M. Mutize n’est pas d’accord avec l’affirmation du Fonds monétaire international (FMI) selon laquelle les pays africains sont en pleine frénésie d’émission d’euro-obligations.

Le FMI affirme que les gouvernements africains « s’endettent sans évaluer les risques de change et les coûts réels du remboursement des dettes. »

« À mon avis, l’alarme de la dette déclenchée par les organisations internationales de gestion de la dette est exagérée. Le problème n’est pas que les pays africains empruntent trop, mais plutôt qu’ils paient trop d’intérêts », a écrit M. Mutize.

Quelles sont les solutions ?

Le conférencier en finance a déclaré : « Il y a des solutions. Mais celles-ci exigent que les gouvernements africains se lèvent et agissent. »

Il explique que « deux éléments clés sont pris en compte dans l’évaluation de la charge de la dette d’un pays. Le premier est le niveau d’endettement basé sur le ratio de la dette par rapport au produit intérieur brut (PIB). L’autre est le coût du service de la dette- le paiement des intérêts. »

« Les niveaux d’endettement du continent, par exemple, sont en moyenne bien en dessous de la barre des 100 % du ratio dette/PIB. Mais l’impression créée est qu’ils sont beaucoup plus élevés. Cette perception exagérée du niveau d’endettement de l’Afrique a conduit les pays à payer des taux d’intérêt plus élevés sur la dette. Les primes sont beaucoup plus élevées que celles payées par d’autres pays. À mon avis, elles ne sont pas justifiées par le profil de risque des pays africains », a ajouté M. Mutize.

M. Mutize affirme que les gouvernements africains paient des intérêts de 5 à 16 % sur les obligations d’État à 10 ans, alors que les taux sont proches de zéro ou négatifs en Europe et en Amérique.

Les solutions pour faire face à l’augmentation du fardeau des intérêts et éviter de tomber dans le piège de la dette

Les gouvernements devraient utiliser l’argent emprunté pour financer des projets rentables et utiliser les bénéfices de ces projets pour rembourser les intérêts dus.

Les gouvernements doivent prendre le contrôle du processus d’émission d’obligations pendant la phase de structuration des obligations. Ils doivent exercer leur choix d’accepter ou de rejeter les offres des investisseurs.

Les gouvernements devraient négocier des taux d’intérêt compétitifs et n’accepter que des offres favorables.

Les gouvernements devraient emprunter pour des dépenses productives et gérer le produit des obligations internationales de manière plus prudente, avec intégrité et transparence.

afrikmag

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut